CHRONIQUE "TI"
Profession : «spammeuse» !
2007-02-14


Par Jacques Pigeon
Chroniqueur
jpigeon@elara.ca

Elle s’appelle Suzanne. Vit à Montréal. Elle et ses copains font partie du groupe des 200 principaux « spammeurs » de la planète. Ses activités, comme celles des autres membres de sa confrérie, sont recensées sur le site de SPAMHAUS, un organisme sans but lucratif du Royaume Uni. On y retrouve la très longue liste de noms de domaines utilisés et l’adresse de facturation oker@simm.qc.ca . Si vous voulez en savoir plus sur les activités de ce groupe montréalais (noms, adresses physiques, numéros de téléphone, description des noms de domaines, adresses IP, etc.) rendez vous à www.spamhaus.org et parcourez la base de données ROKSO : Register of Known Spam Operations. L’organisme sans but lucratif dispose de beaucoup plus d’informations mais les réserve aux autorités policières. 

C’est la seule organisation québécoise que  j’aie recensée sur cet extraordinaire site. Parmi les  plus grands « spammeurs » on retrouve en tête de liste les Américains, bien sur, la Chine, le Japon, la Russie et, en cinquième place, le Canada. La liste des fournisseurs de services Internet utilisés par les « spammeurs » y est facilement accessible. 

Toutes ces informations aident à comprendre ce phénomène destructeur et explique le fonctionnement des outils « antispam ». Le mot destructeur n’est pas trop fort lorsque l’on sait que quatre-vingt pour cent, oui vous avez bien lu 80% du courriel sur l’Internet est du SPAM. Le SPAM est défini comme étant des envois de masse de messages non sollicités. Il va sans dire que ce monstrueux trafic consomme la plus grande partie de la bande passante. On estime que ce piratage coûte à chaque utilisateur environ 60$ par an.

Le grand fournisseur américain de services Internet AOL dit bloquer, à lui seul, pas moins de 4 milliards de pouriels à chaque jour que le bon Dieu amène !

LES CHAMPIONS DU SPAM
Selon SOPHOS
www.sophos.fr , une entreprise française spécialisée en sécurité informatique, les États-Unis demeurent le premier pays hébergeant ce qu’elle appelle les programmes malicieux.

Le classement des dix principaux pays hébergeant des programmes malicieux en 2006, selon les experts des SophosLabs™ est le suivant :

PositionPaysPourcentage

1

États-Unis

 

 34.2 %

2

Chine

 

 31.0 %

3

Fédération de Russie

 

 9.5 %

3

Pays-Bas

 

 4.7 %

5

Ukraine

 

 3.2 %

6

France

 

 1.8 %

7

Taïwan

 

 1.7 %

8

Allemagne

 

 1.5 %

9

Hong-Kong

 

 1.0 %

10

Corée

 

 0.9 %

Autres pays

10.5 %

(Source: SophosLabs)

Toujours selon SOPHOS, la plupart des courriels non sollicités sont aujourd’hui envoyés à partir de PC zombies, des ordinateurs infectés par des chevaux de Troie, des vers ou des virus, qui les transforment en émetteurs de spam. Après s’être longtemps appuyés sur les vulnérabilités des systèmes d’exploitation pour transformer les ordinateurs en zombies, les pirates se tournent à nouveau vers les programmes malicieux pour amener les utilisateurs à activer leur code et ouvrir des portes dérobées sur leur ordinateur.

Mais pourquoi y a-t-il tant de « Spam » ? Parce que l’envoi de millions de messages ne coûte à peu près rien aux « spammeurs », surtout lorsqu’ils « empruntent » des infrastructures pour faire leurs envois. Chaque poisson attrapé est du profit net !

Chaque poisson attrapé
est du profit net... 

Plusieurs pays, tels le Japon, les États-Unis et l’Australie se sont donnés des lois très contraignantes. En Australie, par exemple, les amendes peuvent atteindre un million de dollars par jour. Ces lois sont-elles efficaces ? Trop tôt pour le dire.

Au Canada, le denier gouvernement libéral avait un projet de loi en chantier mais depuis l’arrivée des conservateurs c’est le mutisme ! SPAMHAUS publie et met à jour régulièrement la liste des plus grands spammeurs du monde. On y fournit les noms, adresses et photos de ces individus, ainsi que des montagnes d’information sur les noms de domaine qu’ils utilisent, les adresses IP et une description exhaustive de leurs activités et modus operandi.

Vous trouverez tout à l’adresse suivante : www.spamhaus.org/statistics/spammers.lasso et y constaterez qu’il n’y pas de Canadiens sur la liste. On y trouve 4 représentants de la Russie, 2 de l’Ukraine et des États-Unis (Californie), 1 d’Israël et de Hong Kong. 

QUE NOUS RÉSERVE L’AVENIR ?
Rien de bon. Il est difficile de voir la fin du spam. Le monde sans frontières qu’a ouvert l’Internet offre des possibilités infinies aux internautes commerçants peu scrupuleux. Pour vous en convaincre, lisez les lignes qui suivent. 

Au royaume du SPAM, un commerçant américain bien connu pour ses abus en la matière, un dénommé David Linhardt de Chicago, a déposé une SLAPP  (Strategic Lawsuits Against Public Participation) contre Spamhous sachant fort bien que l’ONG anglaise ne se présenterait pas devant un tribunal de l’Illinois qui n’a d’ailleurs pas juridiction sur elle. Dans sa poursuite, Linhardt a affirmé que SPAMHAUS avait une place d’affaire en Illinois, ce qui était faux et que SPAMHAUS a bien sûr démontré dans un affidavit. Les activités de ce spammeur émérite sont décrites avec moult exemples et détails sur le site de cet organisme sans but lucratif.

Même si SPAMHAUS a fourni à la cour des documents démontrant clairement qu’elle n’avait pas de place d’affaires aux États-Unis, le juge a néanmoins préféré le faux serment de Linhardt et condamné Spamhaus in absentia à payer une amende de 11,7M$ et à retirer toute référence à Linhardt et son site www.bargaindepot.net  

SPAMHAUS va survivre car le tribunal de l’Illinois ne peut exécuter le jugement. Mais, le moins que l’on puisse dire, c’est que cette décision n’aide pas la lutte contre le SPAM. C’est à se demander si aux États-Unis, la liberté de commerce n’a pas toujours préséance sur les droits des individus ! Bref, il sera difficile de se passer d’un bon filtre au cours des prochaines années. 

Heureusement que plusieurs sont accessibles gratuitement ! Si cela vous intéresse, allez à : www.freeantispam.org/gratuit/logiciels-anti-spam.php 

Bon courriel quand même ! 

Je réponds à tous mes courriels : jpigeon@elara.ca


Envoyer cet article à un ami

Fondé en 1997
35 000 lecteurs


Rubriques

Éditorial
Comment Québec peut parier sur la Chine?

L'EAU c'est la vie!
1ère Symphonie Grands Lacs/St-Laurent, Québec, juin 2012

Système d'info mondial pour le dév. durable
www.mediaterre.org

Trouvez le monde...
Que faire et ne pas faire dans certains pays?

Géopolitique mondiale
Diploweb

Le Convertisseur de devise
Équivalent en $CAN d'une monnaie étrangère

Créez votre "Délégué commercial virtuel"

Haute Finance/Québec?
Survivre à Londres

Profils d'entreprises technologiques (PTQM)
Industries Rocand, OpenPole, PESCA Environnement, ForwardSim, MCG3D, Immanence, Explora, IC2, Studio Virtuel Concept, dö networks

Entrevues exclusives
Plus de 30 rencontres

Mot des délégations du Québec

REPEX / ExportPro.org
François Breault nommé V-P Exécutif



Liens

Partir... pour revenir!
PopulationData.net
InfoNATION
World New Connection
Faire affaires avec l'ONU
Consultation ContactsMonde
La mondialisation jour le jour
Export alerte
Québec Monde
Ass. des économistes du Québec
Cercle Québécois des Affaires inter.
SORIQ
Quoi faire à Québec?
English Québec






Copyright 1994, cyberjournal@commercemonde.com