Balayer l’océan pour recycler le 7e continent

On ne vous parle pas ici d’un récent film de science-fiction venu directement de Hollywood. Quoi que l’affaire n’est pas tellement loin de la Californie! Le 7e continent existe véritablement. Il est dans le Pacifique Nord. Oui, le Pacifique Nord supporte un « continent de plastique » rendu de la grosseur de six fois la superficie de la France. On peut certainement convenir ici qu’il y a un problème.

Grâce aux études du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) on sait plus précisément que 13 000 résidus de plastique flottent PAR KILOMÉTRE CARRÉ dans le plus grand océan du globe.

De 79 000 années à maintenant 10 ans!

On part de loin avec le problème du 7e continent. La prévision du chercheur Charles Moore est que 79 000 années seront nécessaires afin de faire disparaître « les vortex de déchets » dans le Pacifique Nord.

Un audacieux innovateur et entrepreneur, Boyan Slat, affirme maintenant pouvoir nettoyer tout ça pour une large part en 10 ans.

La beauté de son audace est qu’en juin 2014 une étude de faisabilité impliquant une centaine de scientifiques démontrait le réalisme de son concept. C’est sa présentation TEDx faite en 2012 qui a fait décoller son initiative avec le premier 100 000 $ amassé ensuite à partir d’une campagne de crowdfunding (sociofinancement). Il en serait rendu à 2 millions $, selon le magazine Inspiro. Un United Nations Champions of the Earth Award est venu s’ajouter depuis. Boyan Slat a abandonné ses études universitaires et fondé The Ocean Cleanup en 2013 pour travailler à appliquer son concept dont la force est sa passivité. Oui, passivité!

« Pourquoi mettre des filets dans l’océan si celui-ci peut venir à nous? » demande humblement Boyan Slat.

Le jeune néerlandais Slat a dû avoir une précédente vie en Chine, car il veut faire advenir une solution en profitant sagement des forces de la nature. Il ne le sait peut-être pas, mais ce qu’il a imaginé est en tout conforme à la philosophie de la Chine ancienne d’aborder le monde. Il tente en effet de nettoyer la mer grâce à de multiples barrières flottantes tout simplement tirées par le vent et les courants naturels. Pas de flottes de navires-usines… uniquement des petits barrages tout aussi flottants que leurs cibles, mues par la force des courants marins, avec mission de balayer l’océan.

En fait le concept est encore plus simple, car il ne nécessite pas l’étape du balai, mais lance en mer un immense porte-poussière autonome qui dérivera du large vers les côtes avec sa charge de morceaux de plastique. En multipliant de tels barrières flottantes, un effet entonnoir récoltera les microrésidus de plastique sans nuire au plancton ni aux poissons.

Il sait déjà que les petits morceaux de plastique sont 40 fois plus présents que les gros en mer. Il faut donc les retirer vite des océans et la solution qu’il a imaginé semble de plus en plus crédible.

Il sait aussi qu’il pourra transformer le plastique récupéré en carburant, voire mieux en de nouveaux matériaux.

Mettre au large un tel dispositif aura encore son lot de défis techniques, tout comme le souci de la protection de la vie sous-marine. Le jeune entrepreneur devrait peut-être aussi partager les risques et profits, par le lancement d’une société en Bourse avec du capital-action ouvert qui donnerait à l’humanité entière l’occasion de participer à la résolution d’un méga problème qu’elle a collectivement créée.

About 8 million tons of plastic enters the ocean each year (Jambeck et al., 2015). Part of this accumulates in 5 areas where currents converge: the gyres. At least 5.25 trillion pieces of plastic are currently in the oceans (Eriksen et al., 2014), a third of which is concentrated in the infamous Great Pacific Garbage Patch (Cózar et al., 2014).

Et une fois le « 7e continent » totalement recyclé, sachez qu’il restera sans doute une bonne part des 89 000 000 000 – oui 89 milliards* – de bouteilles d’eau en plastique vendues annuellement sur Terre à récupérer et recycler dans toutes les mers du monde. L’esprit créatif de M. Slat pourra rendre service encore longtemps.

planetoscope.com

theoceancleanup.com

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept + dix-huit =