Avant COP21–Paris inspirez-vous de Global Conference-Domaine de Chantilly

Jusqu’au pape François qui vient d’y mettre son mot. Une encyclique sur l’environnement. Ce n’est pas rien ! Le rendez-vous de Paris* de décembre 2015 sera probablement le plus important de l’histoire de la planète depuis le Sommet de la Terre, à Rio, en 1992. À l’époque, le développement durable avait la cote. Les changements climatiques et le réchauffement de la Terre sont l’urgence du moment. Mais c’est le même sujet : le respect de la Terre; notre environnement de vie, notre « maison commune ».

Si les solutions étaient simples, il y a longtemps que les consensus seraient à l’étape de la réalisation. Mais l’humanité cherche encore les bonnes recettes. C’est dans ce contexte qu’une petite poigné de Québécois prendra la route de la France, début juillet, pour participer à un événement méconnu… qui vise haut.

La Global Conference (Domaine Chantilly, 6-7-8 juillet)

Fondée sur un dialogue permanent entre acteurs d’horizons divers, sur le partage de bonnes pratiques et la valorisation de solutions concrètes et innovantes, la Global Conference est un lieu d’échanges, de savoirs et de rencontres, où les acteurs et décideurs se retrouvent dans une atmosphère conviviale pour trouver ensemble des réponses aux grands enjeux de notre temps.

La Global Conference est un laboratoire consacré à l’élaboration d’un nouveau projet de société.

Sa Xème édition, en juillet 2015, ne cache pas les ambitions des organisateurs :

Les Ateliers de la Terre souhaite être une force de proposition pour les négociations de décembre 2015 (…) s’insérant dans la dynamique de la COP21 qui représente une étape clé pour les acteurs luttant contre le changement climatique.

L’événement se tient d’ailleurs sous le haut patronage du président de la République française.

Large place pour l’économie circulaire

Il faudra juger l’arbre à ses fruits, mais déjà il faut remarquer que le programme de trois jours fait une large place au concept de l’économie circulaire. Et que l’un des deux ateliers portant directement sur le sujet compte un homme de Québec parmi les quatre intervenants invités à y présenter une conférence: Pierre RACICOT, président et fondateur de l’organisme Villes et régions Innovantes – VRIc.

Il débattra des freins à une plus large implantation de l’économie circulaire avec Jean-Louis CHAUSSADE, directeur général, SUEZ environnement (France), Xaver EDELMANN, président-fondateur, World Resources Forum (Suisse) et Thomas STERR, directeur, Institute for Eco-Industrial Analyses, Heidelberg (Allemagne).

Quelques pays d’Europe ont déjà prouvé qu’il est possible d’afficher une courbe du PIB en croissance tout en voyant celle des gaz à effet de serre diminuer. Ils sont les leaders de l’économie circulaire sur ce continent. C’est cependant la Chine qui s’est mise en tête de peloton mondialement, ces dernières années. Au moins une centaine de villes chinoises y concrétise un projet-pilote de conversion vers l’économie circulaire. Le pays a lui-même voté sa Loi sur l’économie circulaire en décembre 2008. (La France vise 2017 pour voter la sienne !)

Pascal HUDON, président de la Fédération de la relève agricole du Québec, le chef héréditaire algonquin Dominique (T8aminik ) Rankin, ainsi que Marie-Josée TARDIF
vice-présidente de Kinawat partent aussi du Québec pour ce rendez-vous à retenir, en Picardie française.

Rien de nouveau sous le ciel de Toronto

Presqu’au même moment, la ville reine du Canada, Toronto, reçoit la 9e édition du International Economic Forum of the Americas / 2015 Toronto Global Forum: Pan American Edition, les 8-9 et 10 juillet. Là aussi, trois journées de conférences et de réflexion. À parcourir la programmation, on croirait pourtant que tout roule comme à l’habitude dans nos économies développés. Après les soubresauts d’une crise, on souffle la relance. Un cycle après l’autre. Rien d’autre à signaler.

Nous tenions à vous le faire remarquer, comme si le Nouveau Monde n’avait pas autant envie de se mettre à l’agenda des changements fondamentaux que la situation mondiale commande: migrants internationaux, épuisement des ressources naturelles, climat, gouvernance mondiale, création et partage de la richesse…)

 

* COP21 : Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, à Paris, du 30 novembre au 11 décembre 2015.

 

http://www.globalconference2015.org/fr

http://regionsetvillesinnovantes.com/?topic=freins-a-limplantation-de-leconomie-circulaire

http://forum-americas.org/toronto

 

En direct avec Pierre Racicot (bilan Jour 1):
1- le nouveau président du Bénin a démontré que son pays ne pouvait plus attendre l’action de la communauté internationale pour régler les problèmes causés par le changement climatique. L’urgence climatique, c’est maintenant : inondation des terres au bord de la mer et désertification galopante dans le nord du pays. Il compte sur Bill Gates et sa fondation pour réaliser des projets urgents ;
 
2- l’Afrique, parce qu’elle n’a presque rien, est bien placée pour appliquer un nouveau modèle d’industrialisation et d’urbanisation propre en empruntant des technologies et des procédés les plus avancés au plan de la protection de l’environnement ;
 
3- l’innovation du digital permettra de compenser l’absence d’infrastructure et permettra de mobiliser les collectivités pour rendre propres les villes et les campagnes ;
 
4- le numérique permet de démocratiser l’information, sachant que le consommateur peut choisir, il devient un acteur ;
 
5- 25 compagnies de parfum ont décidé d’assurer un développement durable à leur filière à partir des petits producteurs de racines de plante en favorisant la formation de coopérative, une formation pour protéger l’écosystème et s’accommoder d’une augmentation de presque 100 % des prix payés aux paysans ;
 
6- présentement, nous avons des réserves de semences permettant de nourrir 9 milliards de personnes ;
 
7- le monde possède toutes les technologies pour cesser de consommer du pétrole et du gaz de schiste ;
 
8- l’agriculture biologique est vue comme une solution par tous mais on attend le signal des gouvernements.
 
En somme, la porte est ouverte pour démontrer que le liant entre « les ruptures », c’est l’économie circulaire comme étant la seule option crédible et faisable pour se sortir de l’économie linéaire que nous connaissons.
Bilan Jour 2
Le thème de l’atelier du matin est : Soutenabilité : les solutions restent à inventer pour les acteurs financiers.

1- Il existe deux conceptions du financement des services publics selon l’angle Américain et Européen.
En Europe, les services publics comme la santé, l’éducation et l’aide aux pays dans le besoin doivent être financés par les pouvoirs publics. Mais les ressources ne sont plus suffisantes.
En conséquence, il faut trouver dans le système financier des revenus pour que les États appauvris puissent offrir des services à la population.
Aux États-Unis les services publics sont moins valorisés. La philanthropie des entreprises privées finance les projets pour les exclus de la société. En matière internationale, des Fondations privées comme celle de Bill Gates financent des projets pour lutter contre le sida et l’éducation des jeunes dans les pays parmi les plus pauvres de la planète.
Cette culture de la philanthropie des entreprises américaines pose parfois des problèmes puisque les projets financés peuvent servir à l’image de marque de l’entreprise d’abord.
La philanthropie finance des projets sectoriels alors que les pouvoirs publics financent des projets horizontaux comme dans le domaine de la santé. Mais il est nécessaire que l’Europe améliore la participation des acteurs financiers privés dans le développement durable.
2- Les acteurs financiers doivent s’adapter aux exigences de la nouvelle génération qui accordent de l’importance aux finalités des modèles financiers.
Alors que les taux d’intérêt sont bas, et que l’on fait pas d’argent avec l’épargne, on se dit dans ce cas aussi bien que l’argent soit investi dans des causes utiles.
Les entreprises naviguent dans un environnement fragile. Si elles veulent survivre, elles doivent démontrer leur pertinence environnementale et sociale.
3- Les acteurs financiers ne sont pas là pour financer l’aide au développement des collectivités, mais elles ont des outils pour favoriser le développement durable, par exemple les obligations vertes, la publication des performances de développement durable et de ses indicateurs de DD.
Les courtiers devraient être transparents.
4- Pour obtenir des revenus, deux options sont examinées : un prélèvement sur les transactions boursières ou un prélèvement sur les échanges de devises. Il existe un certain consensus en faveur d’une taxe sur les échanges de devises.
Bilan Jour 3

J’ai retenu du dernier jour de la conférence les éléments suivants.

Les conférenciers ont démontré les liens entre le changement climatique, l’agriculture et la santé des humains.

Agriculture biologique
1- L’industrie agroalimentaire que nous connaissons génère le gaspillage, la dégradation des sols, le gaspillage de nourriture puisque globalement nous jetons la moitié de ce que nous achetons. Par ailleurs, il est très difficile de trouver des appuis politiques et financiers pour soutenir l’agriculture qui régénère la terre, élimine les pesticides et les engrais chimiques, c’est-à-dire l’agriculture biologique.
Les agriculteurs biologiques sont soumis à des règles très strictes pour utiliser l’étiquette aliment bio.
Solutions 
a- que les aliments non bio portent l’étiquette aliment produit à l’aide de pesticides et d’engrais chimiques afin d’informer les consommateurs que les aliments ne sont pas sains pour la santé.
b- internaliser dans le prix des aliments les coûts de santé et de détérioration des sols et les émissions carbones.
Connaissance scientifique des flux de transport
2- L’établissement d’une bonne connaissance des flux de transport en temps réel va aider à organiser les transports d’une manière plus efficace et efficiente.
L’outil que les pays ont entre les mains, c’est l’Agence spatiale européenne qui a dans l’espace une vingtaine de satellites capables de suivre les bateaux, les avions, les camions et les automobiles. Ils suivent aussi l’évolution des glaces dans l’Article. Les données recueillies pourraient aider les automobilistes qui cherchent un stationnement à Paris. De fait, 30 % des déplacements automobiles à Paris sont causés par des automobilistes qui cherchent un stationnement. Les données pourraient identifier les bateaux qui jettent des déchets en mer.
Solutions :
a- éviter les déplacements par les achats en ligne, les vidéos-conférences, la signature de contrat en ligne, l’accès en ligne aux services publics;
b- favoriser la mobilité collective, la voiture partagée, le vélo et la marche.
Afrique : « très jeune » continent en émergence
3- L’Afrique n’a pas de politique économique. La conséquence est qu’elle ne profite pas d’abord de son marché et de valoriser ses ressources. L’Afrique, continent d’avenir, est écartelée. Cependant, elle a un potentiel humain et entrepreneurial extraordinaire.
Solution : Les Ateliers de la Terre va organiser durant COP 21, Le Lab qui va mettre en valeur tout le potentiel de l’Afrique afin qu’elle participe elle aussi à la transition énergétique.
Civilisation écologique en construction
4- Le président d’ENGIE, ancien groupe Suez, a montré comment SUEZ a transformé la production de ses services afin d’accélérer la transition énergétique.
L’univers de l’énergie est en rupture. On est en train de passer de l’ancien monde au nouveau monde.
D’une organisation adaptée à de grands projets, pyramidale, centralisée, basée sur l’exploitation des énergies fossiles, elle est devenue une organisation décentralisée, centrée sur les besoins énergétiques des collectivités locales, de services-conseil et d’accompagnement et investissant dans le photovoltaïque permettant la production décentralisée de l’énergie.
Les grandes entreprises européennes attendent de COP 21 des engagements clairs en faveur d’une diminution des GES soit de 40 % d’ici 2030.
Raison : les catastrophes climatiques se transformeront en catastrophes économiques. Elles préfèrent un virage énergétique ordonné sous contrôle et prévisible plutôt que les virages subis et chaotiques et anarchiques.
Daniel Allard
Rédacteur en chef

Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l’Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + six =