L’heure des 54 Afriques

Si vous n’avez pas encore le réflexe de considérer le continent africain dans toute sa diversité d’extrêmes, vous seriez mieux d’y retarder vous projets d’affaires. L’Afrique attire de plus en plus; enfin on parle de son décollage! « The last market ! » À l’heure dudit « décollage », avec effectivement plusieurs pays qui ces dernières années y affichent des taux de croissance économique à la chinoise, on ne devra jamais se priver de bien analyser où on va mettre les pieds.

Comptant pour 95% des ressources mondiales de platine, 75% du phosphate, 50% du cobalt ou du chrome, 25% de la bauxite; globalement du tiers des ressources naturelles du globe, de 57% de la production de diamants, de 70% de la production du cobalt, etc. Constituant environ le quart de la surface terrestre du globe, les 54 pays du continent africain sont loin de tous se ressembler. Et l’image des 54 Afriques n’est presque pas trop forte.

Oui, 21 pays africains produisent de l’or, 12 du pétrole et 11 du diamant. Ils sont actuellement de ceux qui s’en sortent le mieux. Mais le 9/10 des ressources naturelles de l’Afrique n’y a pas encore été exploité. Et ce grenier potentiel du monde offre encore 50% des terres arabes inemployées du globe, mais le rendement y est de 1 tonne de céréale/hectare, comparativement à 10 en France.

La réalité de 2015 c’est qu’au sud du Sahara, un habitant sur deux – soit 400 millions de personnes! – vit avec moins de 1,25$/jour; et presque pire – deux sur trois – avec moins de 2,00$/jour. Quelque 600 millions de ceux-ci vivant sans accès à l’électricité.

Le revenu annuel par habitant reste en deca de 1 000$ pour 27 des 54 pays; et seulement 10 des 54 en permet un supérieur à 4 000$.

The last market ?

Heureusement, avec l’héritage de frontières qui ont presque toutes quatre tiers de siècle, la carte politique de continent s’impose d’elle-même. Il vaut sans doute mieux féliciter la sagesse des dirigeants africains contemporains de ne plus remettre en question le grand partage fait à Berlin, en 1885. Voilà probablement le plus bel acquis de l’Union africaine! La question de 2015 reste davantage de savoir pourquoi les nombreuses tentatives de créations d’organisations de coopération économique régionale (CÉDÉAO, UEMOA, SADC, EAC, CEEAC, CEMAC, UMA) ont donné si peu de résultats?

Régionale ou continentale, la coopération interafricaine reste difficile. Sylvie Brunel est très critique de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), devenue l’Union africaine (UA), qu’elle qualifie de « largement un leurre » dans son dernier livre (2014) : L’Afrique est-elle si bien partie?

L’Afrique commerce avec le monde. Après la Chine qui domine déjà à 12,5%, c’est la France avec 9% du marché qui arrive comme 2e fournisseur du continent en engrangeant 7 milliards d’euros d’excédent commercial. Les USA (6%), l’Italie (5,9%) et l’Allemagne (4,4%) suivent pour former le Big 5 (totalisant 38%) du commerce avec l’Afrique, que finalement personne ne domine vraiment.

Sur la scène mondiale, le continent demeure davantage un potentiel tourné vers l’avenir. Juste sur le plan énergétique, à l’heure du défi des changements climatiques, 90% de la production de l’électricité de l’Afrique du Sud provient encore du charbon. Alors qu’en plein centre du continent, le grand fleuve Congo offre un potentiel hydroélectrique équivalent à 100 réacteurs nucléaires, selon les ingénieurs.

L’Afrique, c’est au minimum 54 vérités

Au-delà de ses 54 pays, l’Afrique se résume autrement en un littorale accessible… cachant des terres intérieures non-sécuritaires. Deux mondes, que Sylvie Brunel résume ainsi : « Autant les littoraux maritimes africains concentrent l’urbanisation et les migrations, laissant espérer un arrimage croissant de l’Afrique aux grandes aires de la mondialisation, autant le cœur du continent reste dans de nombreux pays une zone de non-droit où l’insécurité continue de régner ».

Effectivement, l’enclavement face aux océans touche 16 des 54 Afriques, le tiers des pays!

Plus que ça, les Afriques de demain seront beaucoup de villes, de grosses « villes » avec d’énormes bidonvilles. La professeur à Paris-Sorbonne présente aussi une surprenante définition de la croissance dans son livre, et si vous avez l’Afrique dans vos stratégies d’affaires, retenez surtout ceci et ce déjà assuré que la population africaine passera de son un milliard d’habitant actuellement à entre 2 et 2,6 milliards en 2050 :

« Si la population augmente de X, la ville croit de 2X et le bidonville de 4X! »

 

Photo: L’Afrique est-elle si bien partie?, Sylvie Brunel, 2014

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − 3 =