CRITIQUE : Seul sur Mars, une ode à l’innovation

Le réalisateur du drame de science-fiction Ridley Scott ne le savait pas, mais le succès de son film Seul sur Mars (The Martian) pourrait avoir une tournure imprévue. Si la nécessité est la mère de l’invention, la quête de survie d’un seul homme et la solidarité de tous les autres à le sortit du pétrin est, dans ce rendu très hollywoodien, aussi un sublime témoignage que le genre humain a la solution à beaucoup de problèmes.

En faisant porter la survie de sa vedette sur l’innovation, il rejoint la pièce centrale de ce que l’humanité doit relever comme défi pour aider à la pérennité de sa survie sur la Terre.

Ce concept porte le nom d’économie circulaire.

Essentiellement depuis les années 1980-90 et début 2000, quelques pays de la Terre mettent ce principe en application avec succès. Le Danemark a même réussi à découpler ses courbes de croissance du PNB et de création de GES.

Les circuits courts, la pratique des 5R, ça fonctionne !

UN FILM EXEMPLAIRE

Lorsque l’astronaute-botaniste réutilise les restants de toilette de son habitation pour y fertiliser sur place le sol martien et en retirer une surprenante récolte de pommes de terre, il est au cœur de l’économie circulaire.

Lorsqu’il transforme en eau du carburant devenu inutile, il est encore au cœur de l’économie circulaire.

Et encore, lorsque le crucifix de bois de son collègue devient le seul combustible salvateur à sa disposition.

Réactiver le vieux Patfinder pour communiquer avec la NASA, c’est encore de l’économie circulaire.

Reconvertir l’énergie des déchets radioactifs aussi.

Construire un explosif avec le sucre et l’azote du vaisseau spatial Hermès également.

La formidable solidarité internationale de la communauté scientifique est aussi un élément de la recette. Il faut pouvoir mettre tous les cerveaux disponibles à la tâche. Tous les verrous technologiques doivent être tenus pour des défis à relever.

Sauver Mark Watney (Matt Damon) devient un projet de société dans cette sauce hollywoodienne… Sauver l’humanité est le véritable projet de société dans l’agenda des terriens d’aujourd’hui, sachant que la recette de l’économie circulaire est capable de livrer la marchandise.

Si le film peut susciter un engouement pour une cause noble, pourquoi pas ! Merci Hollywood !

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − huit =