ROBOT : toutes les professions sont menacées… même les travailleurs du sexe!

On doit ici se souvenir du film belge portant sur la triste vie de Thomas (Thomas est amoureux, réalisé par Pierre-Paul Renders en 2000) racontant la vie d’un agoraphobe aigu et de son volet virtuel… Nous y serions presque, selon les progrès réalisés ces cinq dernières années dans l’intelligence artificielle. Les robots de demain seront capables d’exécuter presque toutes les tâches humaines et menacent donc des millions d’emplois. Prostitution incluse!

« La société doit se pencher sur cette question dès maintenant car si des robots font presque tout ce que nous faisons comme travail, qu’allons nous faire ? », s’est interrogé récemment Moshe Vardi, directeur de l’Institute for Information Technology à l’Université Rice, au Texas, alors qu’il était aux côtés d’autres experts à la conférence annuelle de l’American Society for the Advancement of Science (AAAS) réunie à Washington.

Il y avait dans le monde 1,15 million de robots industriels en 2011 et ce nombre devait encore augmenter de 30% pour 2015. Selon la Fédération internationale de robotique, il s’est vendu plus de 160 000 robots industriels dans le monde en 2012.

À cette époque, la moyenne de robots industriels pour 10 000 ouvriers tournait autour de 55 au niveau mondial, soit environ la situation des pays tels que le Royaume-Uni, l’Australie ou la Suisse. Les pays leaders en la matière étant la Corée du Sud (350), le Japon (339) et l’Allemagne (251). Italie, Suède, Danemark, États-Unis, Espagne, Finlande, Taiwan, France, Belgique, Autriche, Canada et les Pays-Bas se situant, toujours en 2012, autour de 150 à 100 robots pour 10 000 ouvriers.

Voila que 2016 n’a pas deux mois faits que déjà des scientifiques n’excluent pas rien de moins que « la fin du travail humain » ! En demandant si l’économie mondiale peut s’adapter à un taux de chômage « de plus de 50% » ?

Les robots industriels ont largement bouleversé le secteur industriel ces quatre dernières décennies, avec des gains de productivité bienvenus. Mais il y a, semble-t-il, un coût net en emplois : « Le nombre de création de postes dans le secteur manufacturier a atteint son pic en 1980 aux États-Unis et n’a cessé depuis de diminuer », a expliqué aussi le chercheur Moshe Vardi.

La recherche se concentre actuellement sur la capacité de raisonnement des machines et les progrès sont spectaculaires.

Il est déjà avancé que 10% des emplois nécessitant de conduire un véhicule aux États-Unis pourraient disparaître en raison de l’automatisation de la conduite d’ici 25 ans.

Toujours aux États-Unis, on observe que les investissements dans l’intelligence artificielle ont été de loin les plus élevés en 2015, ce depuis la naissance de ce domaine de recherche il y a environ un demi siècle. C’est une flèche qui monte ! Fort probablement structurante et annonciatrice de grands bouleversements dans toutes les sociétés.

 

Lire aussi nos autres articles sur le même sujet :
– www.commercemonde.com/2015/05/attention-revolution-robots-en-vue/
– www.commercemonde.com/2015/05/revolution-robots-vous-voulez-des-exemples/
– www.commercemonde.com/2016/01/4e-revolution-industrielle-5-millions-demplois
– www.commercemonde.com/2016/02/la-singularite-technologique-cest-pour-demain/

thomasestamoureux                20120404100934-Jaquette_2D_Thomas_est_amoureux_fr_hr

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois + neuf =