Classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières

L’édition 2016 du Classement mondial de la liberté de presse de Reporters sans frontières fait état d’un climat de peur généralisée et de paranoïa des dirigeants contre les journalistes de plusieurs pays. Le Canada a chuté de dix positionsmais la Finlande conserve la tête du classement.

À cela, l’organisme ajoute une emprise plus importante des États et des intérêts privés sur les rédactions et dénote une dégradation de l’indice mondial et des indices de tous les continents.

« Il est malheureusement notable que de très nombreux dirigeants dans le monde développent une forme de paranoïa contre l’exercice légitime du journalisme. Le climat général de peur entraîne une haine croissante du débat et du pluralisme, un verrouillage des médias par des gouvernements en pleine dérive autoritaire et liberticide, l’emprise grandissante d’intérêts particuliers sur l’information dans le secteur privé », a déclaré lors du lancement Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

LE CANADA EN RECUL

Selon Canadian Journalists for Free Expression (CJFE), cette baisse du Canada est liée à l’ère Harper. Elle reflète la culture du secret qui caractérisait le dernier gouvernement fédéral, selon l’association canadienne.

La Finlande conserve la première place du classement, une position qu’elle occupe depuis 2010.

Parmi les améliorations notables, retenons la Tunisie qui passe à la 96e place, en grimpant de 30 positions dans la liste, étant donné la baisse des agressions contre les journalistes. L’Ukraine, aussi, qui fait un saut par le haut de 22 positions pour se retrouver en 107e position.

Du côté des chutes drastiques, le Tadjikistan, dont le régime est en pleine dérive autoritaire, tombe en 150e position, une baisse de 34 rangs.

Les trois pays au bas du classement sont…

  • Turkménistan (178e)
  • Corée du Nord (179e)
  • Erythrée (180e)

 

Pour plus d’information

Reporters sans frontières : Classement mondial de la liberté de la presse 2016 : la paranoïa des dirigeants contre les journalistes

Reporters sans frontières : Classement mondial de la liberté de la presse 2016 : une dégradation «profonde et préoccupante»

Canadian Journalists for Free Expression : Canada drops 10 spots on 2016 World Press Freedom Index after “dark age for journalism”

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

2 comments

  • Il y a tout simplement une raréfaction de la liberté de penser. Voyez ci-dessous:

    Je rappelle que les parents sont constitutionnellement le P.O. de l’Enseignement (à domicile s’il le faut) de leurs enfants. Les dérives d’un Etat qui renonce aux humanités gréco-latines (jadis offertes à tous et si profitables à la formation des hommes libres et du pays tout entier) ne doivent nous préoccuper que parce que l’Etat ne rembourse pas l’argent prélevé pour nous les offrir.

    https://youtu.be/2Z9n63iJK-E

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 7 =