Croissance : l’Inde sera la « nouvelle Chine » pour au moins trois ans

Le dernier rapport de la Banque mondiale (janvier 2016) l’affirme clairement : l’Inde se démarque comme étant l’économie qui croît le plus rapidement au monde, et il est estimé qu’elle restera en tête pour les trois prochaines années. Ce, alors que les estimations de croissance de 2015 ont été revues à la baisse pour plus de la moitié des pays en développement. Avec une croissance déjà à 7,3% cette année, l’économie indienne devrait croître de 7,8% en 2017 et les deux années suivantes de 7,9%. Bref, l’Inde prend le relais de la Chine en matière de croissance.

 » Avec son 1,3 milliard d’habitants dont 200 millions font partie de la classe moyenne et ses 7,3% de croissance annuelle pour les 10 prochaines années, l’Inde est un marché aussi gigantesque que prometteur à long terme. La langue anglaise des affaires et un héritage britannique communs offrent de bonnes bases aux entreprises canadiennes désireuses de se lancer dans cette aventure, fascinante mais périlleuse. Les pièges sont, en effet, très nombreux et l’on dit qu’il faut s’armer de beaucoup de patience et avoir les poches pleines pour réussir à exporter en Inde. C’est néanmoins possible et nous avons accompagné une PME de St-Sauveur qui a su aborder ce marché de la bonne manière« , nous a écrit Mathilde Bravais, de ARSHA Consulting / TBC-World Group.

Nous détaillerons ici comment Arsha Consulting, qui sera présente au Salon Classe Export les 25-26 mai à Montréal, détaille les points importants du rapport de Perspectives Économiques Mondiales [PDF – 17 MB] de la Banque Mondiale, en se penchant sur le sous-continent indien et son environnement commercial.

Un rayon de lumière dans un contexte terne

  • Alors que les perspectives continuent de se dégrader dans les pays en développement, le commerce international ralentit, les marchés financiers sont de plus en plus volatiles et les flux de capitaux diminuent. Des facteurs externes aussi bien qu’internes ont tous deux contribué au ralentissement de la croissance des pays en développement en 2015 (à 4,3%) soit l’année la plus faible depuis 2009.
  • Cependant, force est de constater que l’Inde n’est pas seulement une exception à l’échelle internationale, mais aussi au sein d’économies à croissances a priori comparables : quatre des cinq pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) voient, eux, leur croissance ralentir. La croissance chinoise, en phase de transition alors qu’elle amoindrit le poids relatif de l’import et des matières premières dans son positionnement économique, continue de ralentir. Le Brésil et la Fédération Russe ont tous deux une inflation qui dépasse leurs objectifs et des finances publiques qui se détériorent. L’Afrique du Sud, quant à elle, voit sa croissance freinée par une distribution énergétique peu fiable.
  • À l’inverse, la croissance indienne est restée robuste. Les marchés en Bourse et monétaire se sont montrés résilients au cours de l’année écoulée. Malgré le contexte de volatilité, et la croissance économique a été accélérée par l’impact positif de la récente chute du prix du pétrole sur les revenus réels. Par ailleurs, la baisse de l’inflation qui touche le secteur alimentaire – puisque l’Inde a une part relativement large d’alimentaire dans son panier de consommation – a fait baisser l’inflation générale du pays.
  • L’amélioration du contexte indien rayonne sur le reste de l’Asie du Sud – région à la croissance la plus forte parmi les régions en développement avec une croissance projetée à 7,5% en 2016-18 partants de 7% en 2015. Les réformes politiques internes ont limité les vulnérabilités et les déficits fiscaux ont fondu de façon générale en Asie du Sud, suite à la réduction des subventions énergétiques et des efforts de politique interne. En Inde, cette consolidation fiscale a servi les dépenses d’investissements.

Les spécificités indiennes en jeu

  • Bien que la dynamique industrielle se soit estompée en Inde, les investissements augmentent avec un élan gouvernemental vers des investissements en infrastructure – surtout les routes, le réseau ferroviaire et l’infrastructure urbaine.
  • Les deux années consécutives de sécheresse ont fortement touché le secteur agricole, avec des répercussions sur les prix qui ont commencé à se ressentir vers la fin de l’année, mais les restrictions fiscales limitent les pressions du côté de la demande. Une baisse de l’inflation a permis aux banques centrales de couper les taux d’intérêts afin de soutenir la production. La consolidation fiscale a également permis de réduire le déficit du gouvernement central d’un pic à 7,6% en 2009 à près de 4% du PIB cette année. En parallèle, l’Inde ainsi que le Mexique et l’Afrique du Sud ont réduit la part de leur dette extérieure en devise étrangère.
  • Les réformes essentielles GST et Land Acquisition ne sont toujours pas adoptées mais le gouvernement a fait des progrès remarquables dans le secteur énergétique et a annoncé des réformes importantes en novembre, afin de libéraliser les IDE (Investissements Directs Étrangers). La Banque Centrale a déjà assoupli les conditions des investissements de portefeuille étrangers pour attirer les investissements de long terme et prendre part au développement du marché. 90% des IDE et investissements de portefeuille en Asie du Sud sont destinés à l’Inde.
  • Le marché intérieur doit porter la croissance économique régionale à 7,5% d’ici 2017, et les efforts gouvernementaux devraient se traduire par une croissance des investissements et des Partenariats Public-Privé (PPPs), et limiter l’impact d’un durcissement des conditions d’emprunt liés à la politique monétaire des États-Unis. La baisse des prix énergétiques mondiaux et les réformes internes énergétiques devraient bénéficier aux entreprises relativement énergivores indiennes.
  • La population en âge de travailler doit continuer de croître dans les prochaines décennies, avec une estimation de 300 millions d’adultes en âge de travailler qui arriveront sur le marché du travail d’ici 2040 – en Inde seulement.

Risques et difficultés

  • Bien qu’en baisse, les risques potentiels sont liés au fait que la chambre haute du parlement ne soit pas contrôlée par le parti au pouvoir, ainsi elle pourrait faire obstacle au programme législatif du gouvernement.
  • Les investissements pourraient être retardés si les réformes n’avançaient pas assez rapidement et les investissements privés sont susceptibles de ralentir.
  • Le chemin du financement des PPPs pourrait également s’avérer tortueux. Si la taxe sur les biens et services ne passait pas, les investissements nécessaires en infrastructure s’en verraient affectés, et le statu quo de marché intérieur fragmenté perdurerait.

 

Source : Amélie Chodron de Courcel | Consultante Senior en Commerce International

Texte original : http://www.arshaconsulting.com/linde-une-exception-dans-une-croissance-economique-mondiale-decevante/

 

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + cinq =