Quand la Méditerranée bouffera la France

Ce n’est pas une question. Le titre ici ne se termine par aucun point d’interrogation. Les prochaines décennies verront le littoral de la Méditerranée progressivement se faire engloutir par la montée inéluctable des eaux. Le problème c’est que l’État français a structurellement développé ledit littoral à partir d’une stratégie économique misant essentiellement sur le tourisme et l’aménagent côtier. Bref, la France méditerranéenne de la côte vit en plein là où le problème s’en vient. Des centaines de milliers de gens. Alors que faire ? Toutes les alternatives sont extrêmement lourdes de conséquences. C’est là qu’est la grande interrogation.

Une présentation bien appuyée de cette « bombe à retardement » a été exposée par un scientifique de cette France du Sud présent à l’Université Laval, le 31 octobre 2016, pour un colloque sur la géopolitique de l’eau. Sa communication scientifique avait de quoi réveiller un mort, avant que la Méditerranée ne les inonde…

Si Alexandre Brun parle ici de « l’adaptation des territoires à risque(s) », il sait pertinemment que le risque pèse davantage sur l’impossible adaptation, que sur le fait de voir le risque se réaliser. C’est après des années à étudier le littoral de la Côte du golfe du Lion face au risque de submersion marine que son travail est devenu proche d’un enjeu politique actuel. Il est maintenant capable d’alerter les politiciens.

La Côte du golfe du Lion s’étire sur environ 200 kilomètres qui vont du Petit Rhône aux Albères. On parle ici de la France du Sud entre Marseille et la frontière espagnole. Une côte dite « d’origine récente et instable ». Depuis au moins l’Antiquité, en raison essentiellement des tempêtes, cette côte à lido tantôt avance, tantôt recule face à la mer, ouvrant ou fermant les estuaires et chenaux qui font communiquer les étangs avec la mer. Longtemps considérée comme inhospitalière et inculte, cette côte comptait néanmoins en 1950 une vingtaine de petites villes dont l’activité économique, comptant d’abord sur la pêche, s’est aussi tournée vers le tourisme balnéaire depuis le 19e siècle.

Jusque là, rien de surprenant ou annonçant l’impasse.

LE CHOIX DES POUVOIRS PUBLICS

« Dans les années 1960, les pouvoirs publics ont décidé d’aménager cette côte. Ingénieurs, architectes, organismes publics d’aménagement et promoteurs immobiliers ont fait sortir de terre des villes nouvelles. Le littoral jadis repoussant est très urbanisé et bien desservi par des infrastructures de transport modernes. Plus de 300 000 personnes résident désormais dans 30 communes. C’est l’une des régions les plus attractives d’Europe occidentale ; en été, la population est multipliée par 10 » (…)

« Presque trente ans de travaux ont été nécessaires pour aménager la côte. À la grande époque du « Plan », l’État a ainsi gagné le pari qu’il s’était fixé au début des années 1960 : capter les clientèles touristiques qui jusqu’alors se rendaient sur la Costa Brava en Espagne, et, développer une économie résidentielle et touristique pour compenser les faiblesses de l’agriculture (viticulture) », expose Alexandre Brun, maître de conférences en géographie à l’Université Paul Valéry Montpellier 3.

C’est pour cela que furent créées La Grande-Motte, Carnon, le Cap d’Agde, Gruissan, Port-Camargue, Port-Leucate, Port-Barcarès et Saint-Cyprien, huit stations représentant au total 500 000 lits. Mais l’avenir de ce « territoire » est incertain.

golfe-lion

Gros problème : « Nombre de stations balnéaires sont localisées sur des terrains situés au niveau de la mer. Or, les experts prévoient une élévation du niveau de la mer de l’ordre d’un mètre à l’horizon 2100. Il convient donc de s’interroger sur la redistribution spatiale des hommes et des activités à l’échelle de l’arc littoral », constate le géographe.

200 kilomètres de côte, 300 000 résidents, 30 communes, 8 stations, 500 000 lits… L’un des points les plus importants du propos est certes de nature financière et commerciale.

« En voulant capter dans les années 1960-70  la clientèle touristique française et d’Europe sur la côte du Golfe du Lion, le Gouvernement du général De Gaulle a lancé un programme de construction : la fameuse « Mission Racine », dont résulte aujourd’hui de nouvelles stations balnéaires très exposées au risque de submersion marine. Des centaines de milliers de mètres carrés d’habitation, des équipements commerciaux, etc. ont donc été construits sur la bandes littorales du delta du Rhône jusqu’à l’Espagne. Les coûts de relocalisation sont donc très élevés », analyse encore Alexandre Brun, en ne cachant pas que lesdits coûts sont encore une inconnue aujourd’hui, mais qu’il fait partie de ceux qui y travaillent.

Et que dire des conséquences sociales d’une telle opération ? Elles seront « lourdes dans la mesure où il s’agit d’une région relativement « pauvre » au plan national », prévient-il déjà.

Puis une liste de questions complémentaires s’aligne immédiatement : – Qui sera indemnisé ? – À quelle hauteur ? – Quels sont les secteurs à relocaliser en priorité et surtout où ? – En combien de temps une telle opération d’aménagement du territoire peut-elle être menée ? – Quel acteur (État, Région…) la pilotera ?

UN CHOIX DEVENU UN PIÈGE

« L’autre problème est que l’économie régionale repose désormais très largement sur le tourisme balnéaire. Moyennant quoi s’écarter de la mer aurait pour effet de réduire l’attractivité commerciale de la côte du Golfe du Lion et d’appauvrir davantage la région, tout en rendant service aux littoraux touristiquement concurrents (Grèce, Italie, Espagne, Portugal) », rajoute et complexifie à juste titre Alexandre Brun.

Alors que faire ?

Aux yeux des experts du changement climatique, la relocalisation semble s’imposer. Mais d’autres scénarios sont privilégiés par les élus locaux, les acteurs économiques et les habitants eux-mêmes. La formule magique « plage et casino » est encore synonyme de beaucoup de sous ou d’emplois et l’État ne va pas lâcher le morceau facilement. Ne construit-on pas encore ici lignes TGV et autoroutes à six voies ?

« Au plan territorial, l’enjeu principal consiste à traiter – simultanément à la réduction de vulnérabilité au risque de submersion marine ? – le vieillissement des infrastructures touristiques et les stations balnéaires sorties de terre voici quarante ans. 

Depuis 2016, il est question de « croissance bleue » dans la bouche des nouveaux responsables politiques régionaux (…) Mais en quoi la création d’un parc d’hydroliennes, par exemple, contribuerait à dénouer l’écheveau de la reconfiguration territoriale des biens et des personnes face au risque de submersion marine (à long terme) et à l’érosion du trait de côte (ici à court terme) ? » avertit encore le scientifique.

À nouveau, que faire ?

Relocaliser les gens dans les terrains vides ? Preuves et images à l’appui, le chercheur avertit encore qu’il n’existe pas de terrains « vides ».

« Les terres en friche apparemment inoccupées derrières les infrastructures du littorale sont de fait occupées par les pauvres ; environ le tiers de la population, 30 000 personnes », selon sa propre évaluation.

« Ce problème n’est pas technique (…) Il y a donc ici des gens incapables de s’adapter, alors les géographes ont un devoir d’alerte », conclura Alexandre Brun, devant son auditoire savant à Québec.

Un scientifique, qui sait aussi se faire militant, et qui aimerait bien ne pas ouvrir la boîte de Pandore !

 

(Source de la Une: wikipédia)

*****


Vous aimez cet article! 

Faites une DONATION à notre rédaction par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI!

 

 

Daniel Allard
Rédacteur en chef

Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l’Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × un =