Une ville : une mine

L’habitude et la tradition veulent que l’humain considère la ville comme un lieu de consommation, alors que la nature et les régions sont les endroits d’exploitation, de production ou de cueillette des ressources. On n’a pas l’habitude de retrouver une mine au cœur d’une ville. Pourtant, à l’heure où dorénavant plus de la moitié de l’humanité vit dans un milieu urbain, trop souvent dans des méga-cités de millions de citadins, il faudra s’habituer à voir la ville elle aussi comme une mine de ressources. Dans quelques années, nombre de législations interdiront d’ailleurs la mise en décharge des déchets. Oui, la ville sera de plus en plus une véritable mine… à ciel ouvert, en plus.

On sait déjà que la production mondiale de déchets solides municipaux est estimée à 1,2 milliard de tonnes par an. Mais encore 80% des déchets sont mis en décharge. Ce qui, prenons le temps de le dire, impose une importante production d’émission de méthane, ce gaz 25 fois plus néfaste pour le climat que le CO2.

On sait aussi qu’il faut s’attendre à rien de moins qu’un doublement de la production mondiale de déchets solides municipaux d’ici 2030, et cela majoritairement à cause de la Chine. Il faut donc partiellement se réjouir de savoir que la Chine est parmi les pays leaders des pratiques de développement de l’économie circulaire.

Une ville = une mine

L’équation « Une ville = une mine » n’est pas une fantaisie d’écologiste. La généralisation de son usage fait partie du coffre à outil qui permettra d’améliorer la pérennité de l’espèce humaine.

Voici quelques exemples de ce que le concept « Une ville: une mine » représente très concrètement:

  • Une tonne de vieux papiers permet d’obtenir 900 kilogrammes de papier recyclé ; alors qu’il faut 2 à 3 tonnes de bois pour fabriquer une tonne de papier classique.
  • Une tonne de papier recyclé épargne ainsi 17 arbres matures, 20 litres d’eau et l’équivalent de 1 000 litres de pétrole.
  • Une tonne de plastique recyclé économise 830 litres de pétrole.

Dans la ville de Dunkerque, en France, on utilise l’énergie « fatale » pour alimenter un réseau de chauffage urbain ; et la chaleur issue des procédés industriels permet-là d’alimenter le réseau à hauteur de 70% des besoins.

L’énergie fatale est l’énergie résiduelle produite au cours du processus industriel, mais qui reste non utilisée. Une véritable mine d’or : l’énergie fatale représente environ le tiers de la consommation énergétique industrielle française chaque année, selon EDF.

En Suisse, les systèmes de récupération de la chaleur des eaux usées apportent l’énergie nécessaire pour chauffer 30 000 appartements. Une approche loin d’être marginale, car le potentiel total d’énergie qui pourrait être ainsi récupéré est de 2 000 000 kWh/an, soit l’équivalent en énergie de la consommation d’eau chaude de 12% de la population du pays, selon SuisseÉnergie.

Une ville, oui c’est aussi une mine.

—————————–

Source de l’image: www.chaudiereappalaches.com/thetford-mines-une-ville-sculptee-par-les-mines/

*****

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI !
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + cinq =