L’Institut national d’optique essaime une 31e entreprise

La détection à distance pour repérer les fuites de pétrole dans les pipelines souterrains : voila l’aissaimage que l’INO vient de confirmer de ses bureaux du Parc technologique du Québec métropolitain, à Québec, en ce début 2017. C’est donc bel et bien parti pour la création d’une 31e entreprise. Un démarrage d’entreprise, Les Systèmes FlyScan Inc., qui n’est d’ailleurs pas une première pour le fondateur : Éric Bergeron est l’entrepreneur à l’origine de la société à succès Optosécurité.

La nouvelle entreprise, basée à Québec, proposera donc des services de détection à distance pour repérer les fuites de pétrole dans les pipelines souterrains. Un enjeu de taille !

L’utilisation de pipelines pour le transport de pétrole, si elle est très efficace, présente aussi certains risques environnementaux en cas de défaillance. La détection rapide et précise d’éventuelles fuites représente donc un enjeu de taille pour l’industrie pétrolière. Or, les systèmes de détection actuels ne sont pas suffisamment sensibles pour détecter rapidement de petites fuites. De plus, la vaste majorité des pipelines sont enfouis sous terre, ce qui rend la tâche encore plus complexe.

Grâce à la technologie mise au point à l’INO, FlyScan proposera un service pour détecter les fuites beaucoup plus rapidement et précisément. Le système sera installé sur un appareil aéroporté (avions, hélicoptères, voire des drones à plus long terme) qui survolera le pipeline et localisera les fuites non détectables par les technologies actuelles, même si celles-ci sont souterraines. Ainsi, les opérateurs de pipelines pourront intervenir plus rapidement pour éviter des dégâts environnementaux.

Programme « Entrepreneur en résidence »

FlyScan sera aussi la deuxième société créée grâce au programme Entrepreneur en résidence de l’INO. Ce programme, créé conjointement avec la Ville de Québec, permet à des entrepreneurs de démarrer une compagnie utilisant les technologies de l’INO en leur faisant bénéficier d’un soutien financier et technique. Cela permet d’offrir aux entrepreneurs une meilleure chance de réussite dans la création de nouvelles entreprises issues de la recherche en optique ou en photonique.

Bien que FlyScan a été incorporée en septembre 2015, au moment où Éric Bergeron s’est joint au programme d’entrepreneur en résidence, ce n’est que dernièrement que celui-ci et l’INO ont déterminé les conditions du transfert de technologie qui mène à la confirmation du projet. Entre septembre 2015 et le lancement officiel, M. Bergeron a donc pu bénéficier d’un appui financier et technologique pour réaliser son projet, ce qui a mené au développement du système de détection des fuites qui sera commercialisé par la nouvelle entreprise.

La confirmation du bon développement de ce 31e spin-off est un bel exemple que le programme « Entrepreneur en résidence » permet une commercialisation beaucoup plus rapide des innovations de l’INO. En 28 ans, les 31 entreprises ainsi essaimées ont d’ailleurs permis de créer plus de 2 000 emplois.

Nouvel élan pour 2016‑2021

Rappelons aussi que l’INO pourra notamment bâtir les cinq prochaines années avec une base financière confirmée. Le 8 novembre 2016, Navdeep Bains, le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, ainsi que sa collègue québécoise, Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, avaient annoncé que l’Institut national d’optique du Canada se voyait accorder un appui pour soutenir son financement de base pour la période de 2016‑2021 sur la base des sommes suivantes :

  • 50 millions $ provenant de Développement économique Canada pour les régions du Québec;
  • 32 millions $ provenant du Gouvernement du Québec.

À ces montants pourraient s’ajouter encore 19,5 M$ de la part du Gouvernement du Québec dans le cadre d’acquisition d’équipements scientifiques de pointe.

www.ino.ca

****

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI !
Daniel Allard
Rédacteur en chef

Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l’Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 3 =