Décoder la Chine : de l’ONU au CIO en passant par Davos

Ne regardez pas trop ce qui est dit, mais surtout ce qui est fait. Cette sagesse du bon observateur doit particulièrement être appliquée à merveille pour qui cherche à comprendre l’actuelle deuxième puissance du monde. Le ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a tenu à terminer l’année 2016 en signalant que son pays « entend jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier mondial ». Tout le contraire d’une surprise! Le voyage en Suisse du président chinois, Xi Jinping, nous montre dès le premier mois de 2017 le comment de la chose.

On vient donc d’apprendre que celui-ci participera notamment au prochain Forum économique mondial de Davos, le 17 janvier, devenant du coup le premier grand leader politique chinois à s’y rendre.

Il y sera d’ailleurs avec une délégation du China Entrepreneur Club et son chairman Jack Ma – l’homme d’Alibaba – en tête. (Voir notre article : CHINA… COMME CHINA ENTREPRENEUR CLUB)

Rien de surprenant à ce choix économique. D’autant plus que son premier rival Donald Trump sera retenu à Washington par sa cérémonie d’investiture.

Mais sa visite officielle en Suisse ne s’arrêtera pas là. Entre le 15 et le 18 janvier, Xi Jinping visitera aussi le siège des Nations unies et de l’Organisation mondiale de la Santé à Genève, ainsi que le siège du Comité international olympique à Lausanne.

Rappelons que Pékin sera à nouveau un rendez-vous olympique avec les Jeux de 2022. Les XXIVes Jeux olympiques d’hiver ont été accordé à Pékin, le 31 juillet 2015, lors de la 128e session du Comité international olympique, alors que seulement deux villes étaient candidates pour accueillir l’événement: Almaty, capitale du Kazakhstan, et Pékin. La capitale de la Chine, déjà hôte des Jeux olympiques d’été de 2008, deviendra ainsi la première ville de l’histoire à accueillir les Jeux olympiques d’été et d’hiver.

Déjà pas mal pour un pays qui « entend jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier mondial ».

Alors demandons-nous, en troisième lieu, pourquoi l’ONU et l’OMS figurent également à cette visite officielle du leader chinois ?

C’est dernières années, la Chine cherche activement à augmenter son influence sur la scène mondiale. Elle prétend même pouvoir jouer le rôle d’une source de stabilité. Elle se fait aussi partisane de la globalisation et adversaire du protectionnisme. Le président Xi Jinping a même promis de rendre l’actuelle deuxième économie de la planète encore plus compétitive et productive, en accordant plus de place aux forces du marché.

L’Organisation mondiale du commerce (OMC), bien installée à Genève, ne figure pourtant pas sur la liste de visite de janvier…

Pourquoi l’ONU ?

S’agira-t-il simplement d’une visite de courtoisie dans le contexte de l’arrivée en poste, le même mois, du nouveau secrétaire générale des Nations Unies ? Ou d’une démarche plus offensive?

La « vieille » ONU, en manque de réforme, n’est pas obligatoirement sans intérêt pour un pays qui « entend jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier mondial ».

—————————————–

(Source de l’image: designweek.co.uk)

*****

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI !
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × trois =