La capitale du Québec affine sa recette : mieux mettre à profit le savoir scientifique

La grande région de Québec n’a pas vu l’ombre d’une récession économique depuis les années 1980. Sa stratégie de diversification économique, lancée alors que l’État s’imposa un régime minceur dans les mêmes dites années 1980, aura perduré et tellement réussi que la ville n’en finit plus d’amasser les bonnes nouvelles. Les leaders régionaux ne s’assoient pas pour autant sur tant de lauriers.

« La grande région de Québec se caractérise par une concentration d’expertise en recherche et en innovation absolument remarquable », analysent une demi-douzaine de cosignataires dans une récente lettre d’opinion en vue de l’événement connexion2017 qui aura mobilisé quelque 150 personnes à l’Université Laval, toute la journée du 23 février 2017. Non pas pour une journée de conférences et de discours. Commerce Monde avait rarement été témoin d’une activité aussi participative pour ses participants. Inspirés des démarches d’open innovation, tous auront été très actifs et souvent en petits groupes, debouts, devant des grandes feuilles de papier, pour cogiter et s’exprimer.

Objectifs ?

  • Identifier les causes des obstacles à la bonne collaboration entre les milieux de la recherche et des affaires.
  • Proposer des pistes de solution à de meilleurs arrimages.
  • Engagement à poursuivre le processus plus tard.
  • Prochain RDV dans une année pour un connexion2018.com.

Québec peut en effet compter sur plusieurs universités, centres de recherche publics et privés, de cégeps et de laboratoires de pointe, mais « malgré cette capacité de recherche, le partenariat entre les chercheurs et les entreprises demande à être stimulé. Il faut rapprocher le milieu de la recherche et celui de l’entreprise pour favoriser davantage l’innovation sous toutes ses formes, voire la commercialiser », souhaitent les organisateurs.

QUIRION ET QUIRION

C’est à l’initiative du Parc technologique du Québec métropolitain et des Fonds de recherche du Québec que le processus du Forum Connexion 2017 aura pris forme. Pour l’anecdote, une affaire entre Quirion : Natalie, la pdg du Parc, et Rémi, le scientifique en chef du Québec (1). Ce dernier est à la tête de l’équipe qui gère les trois grands Fonds de recherche publique québécois.

L’un comme l’autre attendent beaucoup du prochain dévoilement de la Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation (SQRI) de la ministre Dominique Anglade, qui est annoncé pour mai 2017.

Mais d’ici là, le processus de Connexion 2017 aura produit ses premiers fruits… Avec la collaboration de l’Université Laval, du Réseau des centres collégiaux de transfert technologique (réseau Trans-Tech) et surtout de l’Institut de gouvernance numérique, autres partenaires de l’événement, la plateforme internet du processus accouchera de synthèses et de propositions permettant d’identifier les facteurs facilitant la collaboration et les moyens pour les mettre en place. Avec comme but essentiel de renforcer l’économie.

Renforcer l’économie ? Faire fondre les obstacles aux partenariats entre chercheurs et entreprises ?

Des questions au cœur du quotidien de Christian Dubé, premier vice-président Québec de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui a expliqué au participant comment la CDPQ est active face à leur problématique. Il a notamment tenu à démontrer que ce n’est plus vrai que la Caisse s’intéresse seulement aux très grosses entreprises.

« La CDPQ est actuellement partenaire de 550 PME au Québec. »

Il a donné l’exemple de FixAuto, une dynamique entreprise aidée dans son positionnement à l’étranger : « Une entreprise qui a le potentiel de devenir un autre Couche-Tard dans dix ans », s’est enthousiasmé Christian Dubé.

Le logiciel hopper, la technologie AddÉnergie, l’électrification des Autobus scolaires Lion, l’aide au Groupe Marcel pour acheter Lise Watier et devenir le plus grand joueur canadien en cosmétique… Il a expliqué comment il croyait au « Low $ ; Big impact ».

« Pour la Caisse, investir 8 M$ dans AddÉnergie c’est presque rien ; pour l’entreprise c’est toute la différence », de témoigner le premier vice-président Québec de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Vous avez votre propre vision face aux partenariats entre chercheurs et entreprises ? Plusieurs contraintes étaient déjà identifiées par la conversation en ligne post événement, et qui se poursuit…

  • les limites imposées par les modes de financement de la recherche;
  • le manque de culture de collaboration chercheurs-entreprises;
  • le manque d’arrimage entre les besoins des uns et des autres ;
  • le manque de concertation entre les organismes qui interviennent en soutien à l’innovation.

L’effort ne prendra pas fin avec le Forum. Tout au long de l’année 2017, les organisateurs souhaitent que des projets de collaboration se mettent en place et mènent à des solutions concrètes, répondant aux besoins des entreprises.

« Devant la portée de la quatrième révolution industrielle qui transforme profondément les modèles de création de richesse, les organisateurs croient que c’est plus que jamais le moment de transformer nos façons de faire. C’est par plus de collaborations que nous pourrons capitaliser sur le savoir et par la mise à profit de l’intelligence collective que nous relèverons les défis du développement économique », signaient dans leur lettre d’opinion Natalie Quirion, présidente-directrice générale du PTQM, Louis Roy, président du groupe Optel, société mère d’Optel Vision et membre de la Coalition Force 4.0, Daniel Coderre, pdg de Génome Québec, Mathieu Vigneault, pdg du réseau Trans-Tech, Angelo Tremblay, vice-recteur à la recherche et à la création de l’Université Laval, Yves Bégin, vice-recteur à recherche et aux affaires académiques de l’INRS, Jean-François Gauthier, pdg de l’Institut de gouvernance numérique.

 *****

Le Fonds de solidarité FTQ et Inno-centre encouragent l’innovation au sein de 30 PME québécoises

Concrètement, chaque entreprise déjà identifiée bénéficiera de 300 heures, d’une valeur de 100 000 $, de services professionnels d’accompagnement sur mesure pour les aider dans leurs démarches liées à l’innovation.

Cette initiative est financée en partie par une contribution du Programme canadien des accélérateurs et des incubateurs (PCAI) administré par le Conseil national de recherche du Canada.

Grâce aux professionnels du Fonds, d’Inno-centre et de firmes spécialisées, ces PME seront sensibilisées à l’importance d’innover et accompagnées dans la mise en œuvre de solutions pratiques.

« Avec ce partenariat, le Fonds de solidarité FTQ et Inno-centre souhaitent provoquer un déclic au sein des entreprises québécoises. En matière d’innovation, les entreprises québécoises doivent rattraper rapidement le terrain perdu au cours des années. Il y a urgence d’agir. Cette initiative permettra aux entrepreneurs de prendre conscience de l’importance d’innover, ainsi que de lancer les projets nécessaires pour mieux affronter les défis de l’économie mondiale de demain. »
Alain Denis, vice-président principal, Innovation, Fonds de solidarité FTQ.

————————————–

(1) C’est depuis le 1er septembre 2011 que Rémi Quirion occupe le poste de scientifique en chef du Québec, un poste nouvellement créé. À ce titre, il préside les conseils d’administration des trois Fonds de recherche du Québec et conseille la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec en matière de développement de la recherche et de la science.

*****

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI !
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + six =