Tendance : quand Maple Leaf s’intéresse aux protéines végétales

Parce qu’il faut le savoir : quand 10 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire un kilo de bœuf et 4 000 pour un kg de volaille, il en faut 1 000 pour le kilo de blé et 400 pour un kg de maïs. Cette suite statistique n’était certes pas à la base de la décision de l’entreprise canadienne, mais le récent choix stratégique de Maple Leaf de consacrer 140 millions $US (avec les coûts associés) pour mettre la main sur une entreprise au Massachusetts spécialisée dans les protéines végétales annonce aussi une tendance du marché.

Maple Leaf a de fait signé une entente définitive en vue du rachat de Lightlife Foods qui, depuis 1979, se spécialise dans les produits comme des charcuteries végétariennes, les hot-dogs et les burgers de source végétale : « Made directly from plants, and not the animals that eat them. »

Manifestement écologiste, cette firme remet même 5% de ses profits à sa communauté : notamment The Greenfield Lightlife Triathlon et Wholesome Wave’s.

« For over 35 years we have
contributed 5% of our profits to organizations
that support the earth
on which we live
and healthy lifestyles for people like you. »

 

L’acheteur canadien ne précise pas ses intentions à cet égard. Mais il comprend que le marché des protéines alternatives est en expansion.

«  Les consommateurs sont à la recherche de sources de protéines alternatives et ce marché en expansion est l’une des plateformes de croissance stratégique de Maple Leaf. L’équipe de direction de Lightlife continuera à exploiter l’entreprise de Turners Falls, au Massachusetts, qui sera dorénavant une filiale de Maple Leaf », d’expliquer Michael McCain, le président et chef de la direction de Maple Leaf.

La transaction est actuellement assujettie à un examen réglementaire aux États-Unis et elle devrait être conclue en mars.

———————–

Photo: Siège de Maple Leaf au Canada.

*****

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI !
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − dix-huit =