Commerce mondial : l’OMC ajuste nettement à la hausse ses prévisions pour 2017

Les économistes de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) viennent de revoir nettement à la hausse leur prévision de croissance du commerce pour 2017, suite à l’accélération marquée de la croissance du commerce mondial au premier semestre de l’année. L’estimation de la croissance du volume du commerce mondial des marchandises en 2017 passe donc à 3,6% alors que la précédente estimation était de 2,4%. Mais toujours avec une fourchette de 1,8% à 3,6%, reflétant le haut niveau d’incertitude sur l’économie et les politiques.

La nouvelle estimation se situe donc dans la partie haute de la fourchette d’incertitude. Cependant une croissance avérée de 3,6% représenterait une nette amélioration par rapport à la faible augmentation de 1,3% enregistrée en 2016. En fait depuis deux ans les principaux pays du monde sont dans le rouge en matière de taux des exportations et des importations. USA, UE, Japon, Corée du Sud, Brésil, Chine, Inde, Russie… affichaient tous depuis janvier 2015 des statistiques trimestrielles négatives de croissance en import/export. Or, depuis janvier 2017, ils sont tous revenus dans le vert ! Avec des pointes de 25%, voire 50% pour certains. La croissance des importations en Inde a été entre 40 et 50% deux mois consécutifs ce printemps.

Compte tenu du risque de prévision persistant dû à la grande incertitude quant à l’évolution à court terme de l’économie et des politiques, la fourchette des estimations de croissance du commerce mondial a été ajustée à 3,2%-3,9%.

La croissance plus forte en 2017 est attribuée à la reprise des flux commerciaux en Asie du fait de l’augmentation des expéditions intra-régionales et de la reprise de la demande d’importations en Amérique du Nord, qui avait marqué le pas en 2016.

« L’amélioration des perspectives du commerce est une bonne nouvelle, mais il subsiste des risques importants qui menacent l’économie mondiale et qui pourraient bien nuire à la reprise du commerce », a indiqué le directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo.

Parmi ces risques figurent la possibilité « (…) que la rhétorique protectionniste donne lieu à des actions restrictives pour le commerce, la montée inquiétante des tensions géopolitiques mondiales et le coût économique croissant des catastrophes naturelles », poursuit-il.

Le redressement partiel des prix du pétrole en 2017 semble notamment avoir apporté un soutien à l’investissement aux États-Unis, dont la croissance avait ralenti brusquement en 2016. La teneur en importations des investissements étant généralement plus importante que celle des autres composantes du PIB, la reprise des dépenses dans ce secteur devrait avoir une incidence considérable sur la demande d’importations.

Mondialement, toujours selon l’OMC, le rythme soutenu de la croissance du commerce en 2017 ne se maintiendra probablement pas l’année prochaine, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la croissance du commerce en 2018 ne sera pas mesurée par rapport à une année de référence faible, comme c’est le cas cette année. Deuxièmement, la politique monétaire devrait se durcir dans les pays développés du fait que la Réserve fédérale augmente progressivement les taux d’intérêt aux États-Unis et que la Banque centrale européenne envisage de mettre fin à l’assouplissement quantitatif dans la zone euro. Troisièmement, la Chine va probablement mettre un frein à la politique budgétaire expansionniste et à la détente du crédit afin d’éviter la surchauffe de l’économie. Tous ces facteurs devraient contribuer à une modération de la croissance du commerce en 2018, à environ 3,2% (la fourchette de l’estimation allant de 1,4% à 4,4%).

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI

 

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − 7 =