Innovation sociale : le Québec s’est gagné un 1er rang mondial avec sa politique sur les garderies

C’est Pierre Fortin, le bien connu professeur émérite en économie de l’Université de Montréal, qui est venu exposer cette bonne nouvelle, à travers sa communication lors d’un colloque tenu au Musée de la civilisation, à Québec, le 10 octobre 2017 : « Le Québec est devenu le champion mondial en matière de taux d’activité des jeunes femmes, devançant les Suissesses, ainsi que les précédentes leaders, les Suédoises ».

Comment?

Essentiellement en offrant aux familles, et donc particulièrement aux femmes monoparentales, des services de garde d’enfant en bas âge très peu chers. On a ainsi rendu apte au travail des milliers de jeunes femmes, qui auparavant ne pouvaient pas officiellement participer à la création de la richesse au Québec.

Et les courbes du graphique du professeur Fortin ne laissaient aucun doute sur l’efficacité et la popularité de la politique sociale innovante appliquée par le Québec depuis les origines du programme, il y a maintenant dix ans. Les « garderies à 5$ » ont donc radicalement changé la donne au Québec, et rapidement.

VIVE LA GARDERIE À 5$ !

Ce réseau de gardes avait été mis sur pied en septembre 1997 par Pauline Marois, alors ministre de l’éducation au sein du Gouvernement du Québec, à partir des garderies sans but lucratif et des agences de garde en milieu familial. Son principe était l’accès à la garde d’enfant pour tous et il a vite été surnommé par l’expression populaire des « garderies à 5 $ ». On comprendra que c’était alors le tarif quotidien uniforme que devaient appliquer ces centres.

De 1997 à 2005, le nombre de places disponibles dans le réseau est rapidement passé de 55 000 à 200 000. Tous les CPE – pour Centre de la petite enfance – sont des corporations sans but lucratif ou des coopératives, bien que des places à « 5 $ » étaient aussi offertes dans des garderies en milieu familial. En 2004, les tarifs furent cependant augmentés à 7,30 $ par jour. Et depuis le 22 avril 2015, la contribution demandée au parent dont l’enfant fréquente un service de garde subventionné a été modifiée, étant maintenant composée d’une contribution de base et d’une contribution additionnelle modulée selon le revenu familial. Par exemple, depuis janvier 2017, la contribution de base est de 7,75 $ par jour, par enfant et si le revenu familial net ne dépasse pas 50 920$ il n’y a pas de contribution additionnelle à débourser.

La politique québécoise a aussi un aspect nataliste puisque la contribution additionnelle est réduite de moitié pour le second enfant et aucune contribution additionnelle n’est demandée à l’égard du troisième enfant et des suivants.

Jusqu’au 1er juin 2006, on comptait environ 1 000 CPE au Québec, qui employaient environ 40 000 personnes. Après cette date, l’ensemble des CPE ont perdu la composante dite « Milieu familial », qui a été redistribuée à 164 bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial. Ces Bureaux sont d’abord des CPE agréés BC pour trois ans et chacun coordonne la garde en milieu familial en gérant entre 140 et jusqu’à 1 700 places sur un territoire correspondant à celui des Centre local de services communautaires (CLSC), avec qui ils collaborent.

Les CPE, largement subventionnés par l’État, ont aussi une mission éducative. Leurs standards et leur administration sont fortement contrôlés par l’État bien qu’au moins 2/3 des membres des conseils d’administration des CPE sont des parents d’enfants qui le fréquentent.

Bien que créé en 1997, le réseau des centres de la petite enfance puiserait ses racines dans le rapport Un Québec fou de ses enfants, qu’avait piloté le psychologue, chercheur, professeur émérite du Département de psychologie de l’UQAM, Camil Bouchard. Depuis leur création, le montant consacré par l’État aux CPE et aux garderies privées subventionnées a été multiplié par 11, passant de 221 millions $ à 2,4 milliards en 2016. Alors que 76 000 enfants fréquentaient les garderies subventionnées du Québec en 1997, ils sont environ 225 000 actuellement.

FORT IMPACT ÉCONOMIQUE

Une étude de la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke à laquelle Pierre Fortin participait, avec Luc Godbout et Suzie St-Cerny, en 2012, avait déjà énoncé que les garderies subventionnées ont incité près de 70 000 mères à occuper un emploi en 2008. Se traduisant par une hausse du taux d’emploi global au Québec de 1,78 % et une hausse du PIB de 5,1 milliards $.

Cette fois à l’invitation d’un des centres de recherche de l’Institut des hautes études internationales de l’Université Laval, en collaboration avec le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, dans le cadre des 50 ans de la création de ce dernier, le professeur Pierre Fortin était sans aucun doute la bonne personne pour partager la bonne nouvelle.

(Source de l’image: www.rcpeqc.org)

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI

 

Daniel Allard
Rédacteur en chef

Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l’Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 5 =