Productivité : À quelle « Chaînes de valeur mondiales » appartenez-vous ?

Quoi ? Votre entreprise n’œuvre pas présentement au sein d’une chaîne de valeur mondiale ? Mais comment pensez-vous que vous allez réussir à l’international… Semble bien qu’hors de ces fameuses CVM, on soit perdant au change! Votre productivité certainement!

Dans une section importante de la récente publication de l’Institut de recherche en politiques publiques canadien (IRPP) « L’art de l’État (Vol. VI) : Les politiques commerciales du Canada au carrefour des nouvelles réalités mondiales / Redesigning Canadian Trade Policies for New Global Realities », les chercheurs John Baldwin et Beiling Yan analysent les conséquences pour l’entreprise d’une participation aux chaînes de valeur mondiales. Essentiellement, comment cela influe sur leur productivité.

Leurs recommandations ont notamment le poids de se nourrir de l’analyse d’un riche ensemble de données recueillies dans les années 2000 auprès de plus de 30 000 entreprises manufacturières canadiennes.

Les entreprises participants aux chaînes de valeur mondiales (CVM) sont celles qui importent des biens intermédiaires et exportent des biens intermédiaires ou finaux. Et en comparant comment évolue la productivité de celles qui entrent et sortent des CVM, leur conclusion est sans appel. Selon les deux chercheurs, de solides données empiriques confirment un lien de causalité entre CVM et productivité.

Les entreprises qui intègrent les CVM « ont connu une plus forte hausse de productivité », et ce « dès la première année » et « cet avantage s’est accentué au fil du temps ».

VIVE LES ÉCONOMIES AVANCÉES

Au surplus, il y a de meilleures routes mondiales que d’autres dans cette stratégie d’affaire. Car en détaillant cette recette du succès, il est aussi observé que les gains de productivité les plus importants ont été réalisés par les entreprises qui exportaient déjà vers des économies avancées, et les deux éléments sont importants ici… Inversement, les entreprises qui ont cessé d’importer ou d’exporter ont vu leur productivité baisser, globalement.

Incidemment, toutes les variables sont à tenir en compte. Car Baldwin et Yan montrent aussi que les gains de productivité découlant des exportations sont à la fois plus importants et plus durables que l’effet des importations.

Quantifiant même leur analyse, ils arrivent à un impact certes pas négligeable en matière de productivité, alors qu’il frise le 10% :

« Les effets des CVM, positifs chez les entreprises qui s’y joignent et négatifs chez celles qui en sortent, étaient statistiquement significatifs et économiquement pertinents, comme l’indique l’écart de 8 à 9 % de leur taux de productivité au bout de quatre ans », constatent John Baldwin et Beiling Yan.

L’analyse de Baldwin et Yan indique ainsi que les mesures facilitant la participation aux CVM doivent occuper une place centrale dans tout programme d’échanges commerciaux et de productivité, du moins au Canada. De même que la pertinence de favoriser ou non le commerce avec les marchés émergents, alors que ceux–ci favoriseraient moins la productivité que les marchés avancés.

Oui, selon leurs résultats d’étude, favoriser les exportations vers les marchés émergents, plutôt qu’avancés, impliquerait directement un coût sur l’amélioration de la productivité, en retour.

Une conclusion difficile à entendre alors que plusieurs chantent, pour un pays comme le Canada, les avantages à la diversification des exportations vers les marchés émergents. À ce propos, la part, vers des pays émergents, des exportations totales des PME canadiennes est passée de 4%, en 2001, à 10%, en 2014.

Pour privilégier spécifiquement les pays émergents, un coût à la marge en perte de productivité aurait donc été subit par les PME canadiennes concernées, sur cette décennie.

_______________

Lire aussi: https://www.oecd.org/fr/sti/ind/economies-interconnectees-CVM-synthese.pdf

Source de l’image: http://observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/3678/Qui_a_le_sourire__.html

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI

 

 

 

Daniel Allard
Rédacteur en chef

Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l’Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × un =