Changement technologique : Faut-il vraiment parler d’un « tsunami numérique » ?

Le « tsunami numérique » : un défi pour l’emploi dans la Capitale-Nationale. À Québec, on se préparait pour 300, voire 400 participants. Les organisateurs déclarèrent « Complet » après 700, même si les inscriptions à leur colloque de deux jours continuaient d’affluer. C’est dire que le thème de la 4e Révolution industrielle attire et intrigue.

Il y avait donc plus de 700 personnes, les 31 janvier-1er février 2018, au Centre des congrès de Québec, qui avaient à payer 150$ pour entendre une brochette d’invités échanger sur l’impact de la robotique, de l’internet en nuage, de la numérisation des données… bref des changements technologiques sur les entreprises de demain et, particulièrement, sur l’avenir de l’emploi.

L’invitation était claire : « Afin de se préparer aux grands bouleversements provoqués par la transformation numérique sur l’emploi et la formation, la Coalition FORCE 4.0 invite tous les acteurs socioéconomiques de la région à participer au symposium « Prévenir le tsunami numérique : un défi pour l’emploi dans la Capitale-Nationale ».

Mais si, en effet, de grands bouleversements nous attendent avec l’intégration du numérique dans les organisations, faut-il parler si fort, voire justement utiliser l’image du tsunami ?

L’invité international vedette des organisateurs était venu de France. Marie-Claire Carrère-Gee, présidente du Conseil d’orientation de l’emploi de France, avait à partager les résultats d’une vaste étude commandée par l’État français qui laisse des conclusions aucunement alarmistes :

  • Le chômage technologique est-il inévitable cette fois-ci ? « Il n’y a pas de déterminisme technologique, en théorie tout est possible (…) Les technologies ne sont rien, elles sont ce qu’on en fait. »
  • Pour les plus alarmistes, les études confirment que « même la dernière vague technologique a été positive à l’emploi », donc favorable.
  • Et le plus fort de son exposé est venu avec la donnée de l’étude Condition d’emploi qui affirme qu’environ 10% des emplois en France « cumulaient des vulnérabilités qui pourraient en menacer l’existence ». À côté de ce 10% « d’emplois exposés » à l’automatisation, un taux qui peut sembler rassurant, il y avait cependant un imposant 50% d’emplois plus ou moins touchés, sans être menacées, et donc dits « susceptibles d’évoluer ».

Pour les humains, l’affaire serait donc bien largement plus de devoir s’ajuster en emploi face à l’intégration du progrès technologique, plutôt que devoir subir un vol de son job par un robot concurrent. Nouveau partenaire davantage que concurrent menaçant, les robots et consorts viendront globalement transformer la charge du travailleur en l’allégeant ; rarement en provoquant sa disparition…

Si un robot peut passer la balayeuse sur la plus grande surface libre d’une usine, il ne pourra pas facilement en finir les petits recoins ou autres espaces complexes. Et il faudra donc toujours devoir compter sur un humain pour faire une partie du travail. C’est en gros l’esprit qui ressortait de cette grande étude française : adaptation et ajustement, bien plus que l’idée d’une révolution dévastatrice !

Une relativisation de la menace que le témoignage de la coprésidente de Groupe Germain, Christiane Germain, co-fondatrice de la chaîne Hôtel Germain et ALT, qui comptera 18 établissements à travers le Canada d’ici fin 2018, est venue colorer d’une manière d’ailleurs insoupçonnée. Son anecdote avait, en plus, l’avantage d’une expérimentation toute récente :

« Lorsque nous avons procéder à l’ouverture de notre plus récent hôtel, celui à l’aéroport de Toronto, nous avions décidé d’offrir à notre clientèle deux bornes d’enregistrement/accueil sans employé et une seule avec un employé au comptoir. Nous nous disions que, dans ce contexte de clientèle d’aéroport, disons-le, moins en recherche d’une expérience hôtelière, que dans un centre-ville, par exemple, une telle offre d’automatisation était une bonne décision. Eh bien nous avons finalement retiré les deux bornes automatiques ; nos clients ont même ici préféré le rapport humain face à l’efficacité de la machine. »

C’était comme si la femme d’affaires québécoise tenait à faire écho, immédiatement, à Marie-Claire Carrère-Gee ; qu’il n’y a pas de « déterminisme technologique » et que la technologie n’est que « ce qu’on en fait ». En y ajoutant que les technologies font, aussi, ce qu’on en veut ! Donc, que tout reste possible, et que la réponse reste encore entre les mains des managers.

Vu de France, le défi se confirmant davantage comme une affaire de formation continue de la main-d’œuvre et de bons programmes académiques dans le système d’éducation pour répondre aux besoins changeants de l’économie, le tout de même imposant 50% d’emplois dits « susceptibles d’évoluer » ne détonnait pas avec les sources des organisateurs du colloque de Québec :

« Diverses études prévoient qu’entre 30% et 60% des emplois actuels sont automatisables au moyen des technologies existantes ou émergentes. Et les transformations induites par le numérique touchent tous les secteurs de l’économie. »

Devant le constat « impératif » de se mobiliser afin de mieux comprendre les défis que posent ces mutations sur l’emploi et la formation, et de « faire émerger des façons d’en tirer profit », le ministre de l’Éducation du Québec, Sébastien Proulx, présent lors de la matinée de la première journée, a pu séduire son auditoire en annonçant qu’il allait « (…) dans les prochains mois, proposer un Plan numérique pour les écoles du Québec ».

Mais quelle part du succès des entreprises et de la création de richesse de nos économies doit être accordée à la variable des changements technologiques ?

Si le conseiller stratégique Louis J. Duhamel, de la firme mondiale Deloitte, est venu rappeler que « 52% des firmes de la liste Fortune 500 de l’an 2000 n’existent plus en 2018 », un tel résultat n’est certainement pas imputable qu’à la variable technologique.

Sur le territoire même de la capitale du Québec, avec un taux de chômage régional dérisoire depuis plusieurs années, avec plusieurs secteurs économiques qui font carrément face à une pénurie chronique de travailleurs, parler de « tsunami numérique » face à l’emploi avait une note particulière. Les transports autonomes, objets connectés, plates-formes spécialisées en partage et autres nouvelles technologies bouleversent certes les modèles d’affaires. Et il y a toujours une certaine urgence de mettre en place les conditions qui permettent de réduire le choc du changement, pour notamment mieux en saisir tout le potentiel de développement.

Vu de Québec, les forces vives de la ville et la grande région de Québec ne sont donc certainement pas hors du temps avec leur initiative de mobilisation. Probablement prévenants. L’organisation de la Coalition FORCE 4.0 avait aussi invité comme conférenciers des Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, et Daniel F. Muzyka, pdg du Conférence Board du Canada.

Coalition FORCE 4.0

Lancé en décembre 2016, la Coalition FORCE 4.0 est un regroupement de leaders et d’organisations de la Capitale-Nationale du Québec visant à soutenir les innovants dans le but de favoriser le développement social, industriel, technologique et numérique en facilitant l’adoption en continue de solutions innovantes qui répondent aux défis sociétaux.

Coalition FORCE 4.0

Déclaration constitutive

Nous, soussignés, déclarons que nous unissons nos forces dans la Coalition FORCE 4.0, afin de soutenir l’ambition des innovants de notre région, le développement et la croissance d’entreprises et la mise en œuvre de solutions aux grands défis sociétaux. Notre engagement vise l’amélioration du positionnement mondial de la grande région de Québec.

Préambule

La Coalition FORCE 4.0 aspire à stimuler l’audace et le courage et à soutenir l’ambition de nos entreprises en favorisant le développement d’un environnement d’affaires connecté et ouvert et en maximisant les leviers de l’innovation. La mise en place de la coalition illustre la volonté de ses membres de donner du muscle à la capacité innovante de la région de Québec. L’innovation est source de progrès social et de création de richesse. Elle s’inscrit, ici et ailleurs, comme un moteur de la transformation vers une économie numérique, sobre en carbone, socialement responsable et compétitive à l’échelle de la planète. La Coalition FORCE 4.0 mobilisera les acteurs de la région de Québec afin d’apporter un appui significatif et concerté à de grands projets ambitieux ayant le potentiel de transformer l’économie régionale, de se déployer à l’international et d’apporter des solutions durables à des défis sociaux.

Considérant que :

1. L’innovation est essentielle à la compétitivité et à la pérennité des entreprises de la région de Québec ainsi qu’à la santé économique de la région ;

2. L’innovation est au cœur des processus de transformation et que le numérique transforme les entreprises et crée de nouveaux modèles d’affaires;

3. L’ouverture des marchés exige une plus grande compétitivité et une présence mondiale accrue de nos entreprises ;

4. L’environnement de soutien et d’accompagnement à l’innovation est de haute qualité dans la région ;

5. L’environnement de soutien à l’entrepreneuriat est bien développé dans la région de Québec ;

6. L’économie de la région se distingue par sa forte diversité industrielle ;

7. Les entreprises font face à des défis importants de disponibilité de main-d’œuvre ;

8. Les défis sociaux, notamment ceux liés au développement durable, à l’inclusion, à la santé et aux services sociaux, stimulent l’innovation ;

9. Les solutions à ces défis recèlent un immense potentiel de création de richesse et de déploiement à grande échelle ;

10. Les projets ambitieux d’innovation méritent un meilleur soutien tant technologique que financier de manière à en faciliter le démarrage et à en tirer le plein potentiel.

La Coalition s’engage à :

1. Se mobiliser pour soutenir des projets ambitieux et créateurs de richesse favorisant le développement et la modernisation des entreprises et l’apport de solutions durables aux défis sociétaux ;

2. Enrichir continuellement l’environnement de soutien à l’innovation, par des actions concrètes de mobilisation ;

3. Sensibiliser à l’importance d’innover et aider à l’appropriation des meilleures pratiques en la matière ;

4. Contribuer à l’accélération de la croissance d’entreprises innovantes ;

5. Faciliter les étapes de démonstration technologique dans les entreprises en démarrage, afin de réduire les risques liés à la commercialisation ;

6. Faciliter l’exportation des solutions et de produits québécois innovants ;

7. Célébrer les entreprises, les technologies et les acteurs de l’innovation de la région ;

8. Contribuer à l’attractivité de la région par la mise en valeur de son caractère innovant et ainsi attirer talents et investissements dans la région ;

9. Placer l’amélioration de la qualité de vie du citoyen au cœur de ses préoccupations ;

10. Faciliter la collaboration dans la réalisation des engagements de la coalition en maximisant les synergies sans dupliquer les efforts et les missions des organismes existants.

Signé à Québec, ce vendredi, 9 décembre 2016

Signataires : CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE QUÉBEC, Alain Aubut, pdg; FACULTÉ DES SCIENCES DE L’ADMINISTRATION DE L’UNIVERSITÉ LAVAL, Michel Gendron, doyen; INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE, Yves Bégin, vice-recteur à la recherche et aux affaires académiques; CENTRE DE RECHERCHE INDUSTRIELLE DU QUÉBEC, Denis Hardy, pdg; OBSERVATOIRE EN GOUVERNANCE DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION DE L’UNIVERSITÉ LAVAL, Lyne Bouchard, professeure agrégée et Directrice; PARC TECHNOLOGIQUE DE QUÉBEC, Natalie Quirion, pdg; AMBASSADEUR DE L’INNOVATION, Jacques Castonguay, conseiller stratégique; INSTITUT NATIONAL D’OPTIQUE, Jean-Yves Roy, pdg; CENTRE DE RECHERCHE INDUSTRIELLE DU QUÉBEC, Sophie D’Amours, présidente du Conseil d’administration, GROUPE OPTEL, Louis Roy, président; FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE DE L’UNIVERSITÉ LAVAL, André Darveau, doyen; UMANX, Dragan Tubic, président; CEFRIO, Jacqueline Dubé, pdg; QUÉBEC INTERNATIONAL, Carl Viel, pdg.

www.force4-0.quebec.

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 3 =