Voici les chiffres qui tuent la lutte contre les armes biologiques

Ce qui distingue particulièrement la question de la lutte contre les armes biologiques de celle contre les armes chimiques ou autres est toute la question du potentiel de « double usage ». Par « double usage » on entend des biens et équipements susceptibles d’usage militaire, tout autant que civil. Et dans le domaine biologique le recoupement entre le secteur civil et celui potentiellement militaire est de 95%, alors qu’on parle de 65% en matière chimique et de beaucoup moins pour les autres matières. Bref, toute manipulation du biologique semble quasi matière à haut risque, militaire inclus.

Heureusement, le passage à l’acte jusqu’à l’arme biologique est encore très difficile. Les experts appellent « militarisation » le concept de difficulté à transformer en arme de destruction massive une matière biologique ou chimique. Or, la manipulation à des fins explosives de quelques kilos de TNT est relativement simple comparativement à l’usage terroriste d’un agent pathogène qui, lui, représente une extrême difficulté liée à une planification beaucoup plus difficile à effectuer. C’est en bonne partie ce qui explique la quasi absence du terrorisme biologique de facto jusqu’à maintenant (exception faite des cas d’attaques postales à l’anthrax). Mais il ne faut pas dormir tranquille pour autant. Le progrès technologique et les innovations font aujourd’hui du monde un terreau toujours plus menaçant.

1925, 1969 et 2001

Les grandes dates du contrôle des armements à l’échelle planétaire ne sont par nombreuses.

C’est après les horreurs du conflit mondial de 1914-1918 que fut négocié, et adopté, le Protocole de Genève sur la prohibition d’emploi à la guerre de gaz asphyxiants, toxiques ou similaires et de moyens bactériologiques, le 17 juin 1925. La Convention ENMOD, entrée en vigueur le 5 octobre 1978, est ensuite venue préciser l’interdiction d’utiliser des techniques de modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles. Le Protocole de Genève de 1925 a maintenant 140 États parties (les derniers arrivés étant l’ex-République yougoslave de Macédoine le 20 août 2015 et la Colombie le 24 novembre 2015).

Le 25 novembre 1969 peut certes être aussi cité parmi les jours phares de l’histoire du désarmement : le président Nixon annonça effectivement ce jour-là la décision unilatérale des États-Unis d’Amérique de détruire leurs stocks d’armes biologiques. Moins de trois ans plus tard, l’humanité accouchait de la Convention pour l’interdiction des armes biologiques (CIAB), c’était en 1972. En 1993, s’y ajouta l’adoption, à Paris, de la Convention pour l’interdiction des armes chimiques, CIAC, alors par 165 pays signataires – convention entrée en vigueur le 29 avril 1997 grâce à l’enregistrement d’une 50e ratification -, qui est le texte international dans le domaine du désarmement le plus universel à ce jour avec 192 États parties. (Au moment de leur adhésions, six pays ont alors déclaré posséder des armes chimiques et ont donc été astreints au régime spécifique des États dits « possesseurs » : Albanie, Corée, Inde, Libye, Russie et USA. Mais cette convention prévoyait un calendrier contraignant pour la destruction des arsenaux existants avec un délai ultime fixé à 2012.)

Pourtant, le 7 décembre 2001, les diplomates des mêmes États-Unis d’Amérique mirent fin à la Conférence du désarment de Genève, ainsi qu’au « groupe ad hoc » rassemblant des experts chargés de travailler à un « protocole de vérification » à la CIAB. Bref : au seul moyen de rendre cette convention vérifiable, effective et contraignante.

Pourquoi ?

C’est encore le progrès technologique et les innovations qui expliquent – sans le justifier – un tel comportement.

LES CHIFFRES QUI TUENT

C’est qu’entre 1969 et 2001, le secteur de la biologie et des biotechnologies aura franchi un bond majeur. Notamment avec les retombées commerciales des découvertes à faire…
Premier chiffre convainquant : en 2000, aux USA seulement, 29 000 000 000$ furent investis dans le secteur des biotechnologies.

En 2001, au moins 190 000 scientifiques de haut niveau travaillaient dans ce secteur. Et les universités de ce pays diplômèrent, cette année-là, 6 526 docteurs d’État en biologie et en sciences agronomiques, selon la NRCNA.

Dans de telles conditions, alors que – il importe de la rappeler ici – dans le domaine de la biologie 95% des découvertes, des brevets, des innovations sont potentiellement « double usage », la première puissance économique mondiale ne pouvait pas limiter « pour la paix » ses bénéfices probables dans ce champs du biologique, ce qu’arriverait à faire d’une manière ou d’une autre une CIAB vérifiable, si dotée de mécanismes internationaux intrusifs.

Ainsi va le monde !

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page… MERCI

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + 19 =