L’affaire de 65 billions de $

Il est intéressant de se rappeler que le Phileas Fogg de Jules Verne a pu faire Le Tour du monde en quatre-vingts jours sans difficulté de passeport ou devoir demander des visas de voyage. De fait, avant la 1er Guerre mondiale, peu de pays émettaient des passeports – la Russie et l’Empire ottoman le faisaient – et ils étaient d’ailleurs considérés comme « peu civilisés ». Ce que l’air du temps disait alors, c’était que grâce au train l’avenir apporterait même la disparition du concept de la frontière, cette ligne tracée sur une carte géographique.

Mais la communauté internationale signa à Paris, en 1920, le premier accord sur l’usage des passeports. La 1er GM avait fait craindre l’espionnage et on voulu tenter de contrôler le passage desdits espions et autres indésirables d’un pays à l’autre.

L’humanité avait donc vécu jusque là sans véritables frontières comme limite au déplacement des gens. For de cette tradition, la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 reconnaîtra d’ailleurs le droit de chacun de pouvoir quitter son pays d’origine (malheureusement sans lui garantir le droit d’être accueilli par un autre…)

Toute cette question du droit de migration internationale constitue actuellement le plus gros enjeu de l’avenir des négociations en matière de libéralisation du commerce mondial. Tant que les robots n’auront pas terminé de gruger l’avantage que peut encore constituer la délocalisation pour profiter de plus bas salaires ailleurs, à cause des frontières entre les pays, des millions de gens sont empêchés d’offrir leur force de travail à des endroits qui seraient à leur avantage.

Juste sur le critère économique, les frontières sont conséquemment la plus grande cause de discrimination de toute l’histoire humaine. Pensons qu’en pleine mondialisation, le monde d’aujourd’hui ne se compose pourtant que d’un population dont seulement 3% vit ailleurs que dans le pays de sa naissance.

COMBIEN DE GENS VEULENT MIGRER DANS LE MONDE?

Le droit à l’immigration appliqué mondialement ne voudrait pas dire que des gens changeraient automatiquement de pays. Il y a bien d’autres critères à prendre en considération. Mais il n’est pas difficile de penser que l’ouverture généralisée des frontières provoquerait d’importants mouvements de populations partout dans le monde. Ces années-ci, juste en terme de réfugiés, on parle en dizaines de millions annuellement.

Une important maison de sondage a fait la démarche de tenter d’évaluer combien de personnes dans le monde veulent changer de pays. Gallup a révélé que mondialement 700 millions de personnes « préféreraient » s’installer dans un autre pays en permanence. Bref, autour de 10% de la population de la planète.

Voilà pour cette aspect de la problématique : il y a une demande. Soulignons ici, sans besoin d’autres analyses, que dans son sondage Gallup utilise le mot « préféreraient »; on doit donc considérer que la marge entre cette intention et le fait éventuellement avéré laisserait place à des écarts significatifs.

Oui, il y a beaucoup de gens dans le monde voulant changer de pays pour améliorer leur vie. Mais que cela changerait-il? Savons-nous le mesurer?

Encore une fois, une étude a tenté de documenter le sujet. D’après Lant Pritchett, économiste de l’Université de Harvard, ouvrir les portes au travail à travers le monde boosterait la richesse de 65 000 000 000 000 $, ou 65 billions $.

Et si nous avons écrit au début de cet article que l’immigration constitue actuellement le plus gros enjeu de l’avenir des négociations en matière de libéralisation du commerce mondial, c’est parce qu’une publication du FMI de 2010 (celle des chercheurs Caselli et Feyrer) concluait que l’abandon des dernières restrictions au capital sur l’ensemble planétaire libérerait 65 milliards de $.

Comparativement, 65 milliards, c’est 1 000 fois moins que les 65 billions de Lant Pritchett.

Ouvrir les portes au travail à travers le monde pour augmenter la richesse sur cette planète? Et surtout aider à réduire les écarts et à mieux la distribuer. Vivement.

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + 4 =