Élections du 10 décembre 2018 : l’ONU arrivera-t-elle à faire revivre la Libye ?

Avec le réel délitement de l’État libyen à la suite de la chute du régime du colonel Kadhafi en 2011, plusieurs sont ceux qui prédirent la fin de la Libye. Les années 2012-2015 leurs donnèrent beaucoup d’arguments. Or, depuis avril 2016, avec le parrainage de l’ONU, un gouvernement d’union national est installé à Tripoli, avec comme premier ministre Fayez Sarraj. Et maintenant un compromis permettra la tenue d’élections dans tout le pays le 10 décembre 2018.

Certes, sept ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye reste un pays divisé entre le gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale et installé après les accords de paix de Skhirat de 2015, et un gouvernement parallèle dans l’est du pays soutenu par le maréchal Haftar.

Fayez Sarraj, né le 20 février 1960 à Tripoli, architecte, homme d’affaires, est devenu homme d’État libyen en vertu des accords de Skhirat, qui le désignent, en décembre 2015, président du Conseil présidentiel et premier ministre.

Ce fut sous l’égide de l’ONU que le 17 décembre 2015 un accord put être conclu entre les deux autorités rivales libyennes, siégeant respectivement à Tobrouk et à Tripoli, dans le but de mettre fin à une véritable guerre civile. Sarraj, alors désigné pour prendre la tête du gouvernement d’union nationale dont la composition devait être validée par un vote des deux parlements antagonistes, prendra tout de même ses fonctions à Tunis le 12 mars suivant à la tête d’un gouvernement installé sans ce double vote de confiance, mais bien soutenu par la France, les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

L’instabilité, voire la crise, demeurait donc. Mais le 25 juillet 2017, une réunion inter-libyenne sous l’égide du gouvernement de la France fut organisée au château de La Celle, en présence du président Emmanuel Macron. Une rencontre qui se conclura par la signature d’un accord de cessez-le-feu entre Fayez Sarraj et le maréchal Haftar.

Le 17 décembre 2017, deux ans après la signature des accords de Skhirat, le maréchal Haftar déclare que le mandat du Conseil présidentiel, reconnu par la communauté internationale mais que lui n’a jamais reconnu, a pris fin.

Heureusement, la France maintenait ses bons offices et le 29 mai 2018, les différentes factions (le premier ministre du gouvernement d’union nationale, Fayez Sarraj, l’homme fort de l’est du pays, le maréchal Khalifa Haftar, le président de la Chambre des représentants, Aguila Salah, le président du Conseil d’État, Khaled Al-Mechri), réunies à Paris à nouveau autour du président Emmanuel Macron, annoncèrent la tenue d’élections présidentielle et législatives pour le 10 décembre 2018.

LE CLAN KADHAFI TOUJOURS EN LISTE

De loin, la plus grande surprise de ce rendez-vous électorale de décembre 2018 est la présence du fils survivant du colonel Kadhafi. Mais en Libye, la population se veut plus fidèle à sa tribu qu’aux idées. Et sur le papier, comme représentant de la grande tribu des Kadhafi, il peut compter sur son clan. Il est aussi soutenu par la milice de Zintan, dont il était prisonnier et qui désormais le protège. On sait, par ailleurs, que celle de Abdelhakim Belhadj, le chef du parti conservateur al-Watan, le laissera faire. Les analystes sont loin de le donner battu en le disant capable de rameuter « le million de voix » de la diaspora, sans compter « tous ceux qui étouffent sous la tyrannie des islamistes à l’ouest et des militaires à l’est ». Ce qui, dans ce pays peu populeux, fait effectivement beaucoup de monde.

Sociologiquement parlant, une des chances du peuple libyen se trouve dans le fait que l’opposition chiite-sunnite, qu’aime bien utiliser les islamistes radicaux, n’existe pas. L’État Islamique y a donc plus de difficulté à jouer ses cartes parmi les populations locales.

Si la grande Histoire retiendra que le président français Nicolas Sarkosy voulait absolument la tête du colonel Kadhafi et qu’il en fut ainsi, comme ensuite il se barra en laissant à l’humanité la suite du drame, il est heureux de voir la France assumer présentement un réel leadership pour sauver la Libye. Territoire à moult déchirements pour cause de multi-tribalisme, au surplus miné du radicalisme islamique envahissant (installation de Daesch à Misrata), il faudra des années encore pour remonter la pente. L’ONU, France en tête, a encore une lourde mission à accomplir dans ce coin du monde.

Description de cette image, également commentée ci-après

La Libye en avril 2018

 

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + onze =