Le Canada interdit les activités pétrolières et gazières dans ses aires marines protégées

Vent du printemps? Vent pré-électoral? La certitude est que c’est après des années de pression de la part notamment du WWF-Canada que le gouvernement fédéral canadien vient d’instaurer d’importantes mesures de protection pour les océans, incluant la décision d’interdire les activités pétrolières et gazières, l’exploitation minière, les déversements et le chalutage de fond dans les aires marines protégées (AMP) canadiennes. L’annonce avait lieu dans le cadre du Sommet des champions de la nature.

Selon WWF-Canada, cette nouvelle initiative «garantira des habitats essentiels intacts, exempts des effets néfastes qui découlent des activités humaines».

En juin 2017, le gouvernement du Canada proposait une série de règles visant à autoriser le développement pétrolier et gazier dans 80% de l’AMP du chenal Laurentien, prisée par des espèces en voie de disparition comme la baleine noire de l’Atlantique Nord et la maraîche (requin-taupe), ainsi que par des espèces menacées comme le loup à tête large et l’aiguillat noir. WWF-Canada avait alors lancé une campagne d’opposition. On voulait exiger des mesures de protection plus strictes pour ce site de plus de 11 600 km². Des milliers de courriels au gouvernement ont demandé de bannir les activités pétrolières et gazières de ce territoire.

Les nouvelles mesures annoncées le 25 avril 2019 indiquent clairement que le gouvernement a entendu l’appel de la population.

Le Canada a dorénavant pour objectif de protéger 10% de ses aires marines et côtières d’ici 2020. L’annonce du jour portant la protection actuelle à 8,27%.

« Nous applaudissons la décision du gouvernement de protéger la plupart de nos écosystèmes marins fragiles, en grande partie grâce aux efforts concertés de milliers de citoyen.ne.s du pays qui ont su exprimer leurs inquiétudes. L’interdiction de toute activité pétrolière ou gazière dans les aires marines sensibles, comme le chenal Laurentien, est la chose à faire pour nos océans, mais notre travail est loin d’être terminé. Maintenant que nous bénéficions de fortes mesures de protections dans les AMP fédérales, nous restons déterminés à exiger de meilleures mesures pour tous les sites protégés par les gouvernement provinciaux, et dans les refuges marins créés en vertus de la Loi sur les pêches. Alors que le dérèglement climatique continue d’altérer nos océans, il est essentiel que le Canada applique des normes minimales dans toutes les aires marines protégées », analyse Sophie Paradis, la directrice pour le Québec et le Canada francophone au WWF-Canada.

Pourquoi avons-nous besoin de normes strictes dans les AMP?

  • Les AMP donnent une meilleure chance aux espèces en péril de se rétablir puisqu’elles y sont protégées des activités humaines;
  • Les AMP offrent une protection supplémentaire contre la surpêche, le transport maritime et le développement industriel;
  • Les AMP intègrent une approche holistique de conservation, en protégeant des écosystèmes complets face à l’activité humaine à fort impact au lieu de se concentrer exclusivement sur une seule espèce en péril.

Les limites de la nouvelle norme canadienne ont par ailleurs été soulevées, alors qu’il restera des aires protégées toujours exposées au pétrole et au gaz:

  1. Les refuges marins, aussi connu sous le nom d’autres mesures de conservation efficaces par zone (AMCEZ), qui sont créés en vertu de la Loi sur les pêches, n’offrent qu’une protection contre la pêche commerciale à fort impact;
  2. Le développement pétrolier et gazier est potentiellement autorisé dans les AMP provinciales du Canada.

Les effets néfastes du développement pétrolier et gazier pour les écosystèmes marins sont principalement la prospection sismique causant des blessures physiques aux baleines et compromettant leur capacité à communiquer, leur alimentation, ainsi que leur reproduction. Ce type de prospection peut aussi pousser les espèces en dehors de leurs habitats préférés, vers des milieux de moindre valeur environnementale. Et de toute évidence des marées noires peuvent endommager et perturber les écosystèmes marins de façon permanente.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada) mène des projets dans des lieux uniques et de grande valeur environnementale afin que la nature, les espèces et les communautés puissent cohabiter en toute harmonie.

wwf.ca/fr

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI

 

Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − quatre =