NOTES d’un JOURNALISTE EN VACANCES EN INDE… RDV du 02-03-2020 (2 DE 4)

Voici l’article 2 de 4 de notre dossier spécial…

JOUR QUATRE (mais Jour 2 à destination) :

(02-03-2020, modifié le 5-7 mars) Parti du Québec un lundi en après-midi, avec comme premier long-courrier le vol LX-0087 Montréal-Zurich. Agréablement surpris de cette courte escale suisse-alémanique et ravi d’avoir pu admirer un bout des Alpes au soleil levant alors que le vol de la vénérable Lufthansa (LH-0758 Zurich-Francfort) levait lui aussi. Bousculé par le temps dans les dédales des nombreux terminaux et passages roulants de l’immense hub-aéroportuaire de la métropole allemande… Nous parvenions enfin à nous envoler vers l’Inde, ce sous-continent de l’Asie du Sud, vers 09h35 heure d’Europe occidentale.

Objectif: atteindre Chennai (Madras), qui par les airs, en partance de Francfort, est encore une aventure d’une dizaine d’heures en avion long-courrier; tout en se rappelant notre heure de départ du Québec, qui ajoutait un 10 h 30 de décalage horaire que nous devions ajouter à ce périple s’étirant, finalement, sur trois jours du calendrier…


Chennai : 01 h 30 donc la nuit, nuit de novembre, nuit d’un mercredi naissant, offrant un confortable plus de 20 degrés Celsius. Une température fort agréable pour deux Québécois plus que fatigués. Comme le fut la vue quasi silencieuse de pourtant tant d’Indiens nous faisant une sorte d’allée d’honneur à la sortie de l’aéroport.

Une sorte de douce frénésie nous emporte tous les deux… mais à mon silence, un écho s’inscrit dans ma mémoire, pour le reste de ma vie à peine nos deux pieds arpentant l’allée des taxis et autres tuk-tuk, mini-bus, autobus, voitures privés, UBER et consorts s’offrant à nous après des procédures douanières, somme toute, faciles, voire sans histoire :

« J’aime ce pays », s’exclama sans plus attendre
mon camarade de voyage.

Il est rendu passé 04 h 00 du matin lorsque la porte de notre chambre, réservée depuis longtemps du Canada avec AirB&B, nous offre enfin accès à quelques heures de sommeil, sur deux lits petits, mais bien au centre d’une pièce grande et largement fenestrée. D’un côté, elle nous permet de contempler le cloché de la basilique toute proche, et de l’autre, de voir, sentir, savourer le vent et l’air salins de la côte du Golfe du Bengale toute proche.


Vers 09 h 30, après le petit-déjeuner totalement et délicieusement indien de notre hôtesse Nalini (une trop grande assiette métallique que bien partiellement remplie et beaucoup plus du genre repas de midi que le café-croissant beurre et confiture que le visiteur de Paris ou Montréal pourrait espérer) nous chaussions nos sandales et partions enfin à la conquête de ChennaiMadras.

Mission: rendre indien le cellulaire No 1 apporté du Canada, et magasiner un cellulaire No 2 – qui sera incidemment indien – pour compléter les équipements de survie, de communications de base et d’urgence de notre duo de voyageurs, en Inde, pour la première fois de leur vie.

Mais pas avant de faire un arrêt, disons « incontournable », pour tout baptisé catholique en Amérique et/ou touriste en Inde, pour voir et/ou saluer la tombe du fameux saint St-Thomas – oui l’Apôtre parmi les douze dudit Jésus le juif né de Marie – à la SanThome Basilica (basilique St-Thomas l’Apôtre) qui s’offre sous nos yeux à moins d’un kilomètre de notre guest-house.

La basilique Saint-Thomas est une église sise en bord de mer (…) dans le quartier de Mylapore à Chennai. Dans une crypte sous l’autel principal se trouve le tombeau présumé de l’apôtre saint Thomas. Un premier édifice portugais construit au XVIe siècle a été remplacé par une église néo-gothique construite en 1893. Elle est depuis 1952 la cathédrale de l’archidiocèse de Madras-Mylapore.

SOURCE: https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Saint-Thomas_de_Chennai

De l’eau bénite à l’eau salée de l’Océan

À deux-trois cents mètres plus à l’ouest, c’est l’imposante plage de sables blonds – s’allongeant sur environ six kilomètres – qui nous est accessible. C’est là que se découvre, notamment, l’atmosphère et des vestiges physiques symboliques, et aussi de conscience, de l’historique vague déferlante meurtrière du tsunami du début du millénaire. La mémoire de quelque 200 victimes décédés ce jour-là, selon ce que l’on apprend sur place, pèse bizarrement, tout en contraste avec la quiétude et le calme du moment. Le soleil et le vent sont si agréables. Des chiens – apparemment tous apparentés car toujours de même grosseur et allure – dorment ça et là, peinards, sous les ombres de petits monticules de plage sablonneuse bien d’à don, voire de « niches » improvisées auto-fabriquées par l’instinct, voire l’intelligence, des premiers intéressés. À cette heure déjà chaude de l’avant-midi, bien peu d’humains se baladent ou reposent sur cette immense plage. Ce qui amplifie momentanément l’apparence de calme, de sécurité et de quiétude du lieu.

Mais dès l’atteinte de l’artère de front de mer – un véritable boulevard urbain – c’est la ville, et la vraie mégalopole, qui est là. Chennai, métropole de toute l’Inde du Sud moderne; Chennai/Madras, ex-capitale et siège de l’un des quatre gouverneurs anglais de l’époque des Indes sous l’Empire britannique des XIXe et XXe siècles d’avant l’indépendance de 1947.


Et notre première vache. Oui, les fameuses vaches qui sont sacrées et donc intouchables en Inde. Celle-là fut blonde, plus que calme car bien couchée à pourtant moins de trois mètres de la bordure de rue. Elle regardait, nous regardait à peine… la regarder! Elle fut à peine distraite par le saut de pelures de fruits/légumes qu’un Indien lui verse, tout proche d’elle, naturellement. Elle n’en fera même pas de cas, tout le temps que nous pourrons l’observer… Les vaches de l’Inde… Ce n’est qu’un début! Celle-là était blonde, et couchée, sur le sable au bord d’un boulevard. Il y en aura bien d’autres.

On se couchera tôt ce mercredi-là, notre première journée en Inde!

Ledit Jour 2, c’était donc le jeudi matin heure locale et notre JOUR QUATRE depuis notre grand départ du lundi. Le cellulaire No 1 a trouvé sa carte SIM. Il est « indiennisé », chez AIRTEL, avec un plaisant et for peu coûteux forfait – pour des canadiens – ; un forfait de 28 jours en téléphonie et messagerie texte illimitées, pour le territoire de l’Inde en entier, à seulement 249 ruppies, oui SEULEMENT 5$.

La recherche du cellulaire No 2 sera presque une quête: neuf, usagé, en petit magasin, en grande surface, en boutique de rue… C’est finalement la rue qui l’emportera. Pour quelques dizaines de dollars, et une bonne heure de magasinage à en choisir un, sous le soleil en pleine rue, car elles sont là les boutiques de rues, le jeune très, trop… occupé vendeur nous vendra enfin l’outil souhaité.

ENFIN! Oui enfin, car il aura fallu attendre, et l’attendre, et attendre encore presque toute une heure. Car nous dûmes revenir sur nos pas. Retrouver ladite petite boutique… dans la bonne rue… Après avoir changé d’idée et avoir à retourner sur place pour malheureusement nous frapper le nez sur une boutique fermée pour la pause de midi. Une attente qui rapidement n’en fut plus une. Devint une aventure… Celle des voyageurs curieux et assoiffés des nouveautés d’un pays tout à découvrir. Une petite heure en fausse patience (il faisait tout de même autour de 30 degrés Celsius sous ce soleil du midi) qui, oui, se transforma progressivement en découvertes, en plaisirs, en reconnaissance et gratitude, et en surprise, voire stupeur et incrédulité, puis en apprentissages de l’observation et satisfaction de la compréhension sans besoin du jugement.

De l’attente à la surprise, voire la stupeur

Qu’il peut effectivement s’en passer des choses rien qu’à rester faire les pieds de grue devant une minuscule boutique de rue qui est fermée pour la pause-midi; dans une rue d’un quartier commercial de Chennai, sous un soleil tapant de ciel bleu de novembre.

Juste en tournant la tête et traversant la rue, un sympathique vieil homme vous brasse un chaï bien chaud et épicé, à boire sur place à l’une des trois petites tablées de son établissement. Ouf, avec le ventilateur fourni en plus : merci / nandri ! Et j’en veux un deuxième SVP. Nandri!


Mais que vois-je qui se présente en mini-troupeau? Juste là, devant mes yeux, sans que j’aille à me lever de ma chaise ni à quitter l’aire de mon salvateur ventilateur : ce sont bien 3-4 vaux qui s’arrachent les détritus de notre bout de rue, notamment cette bête – probablement plus intello que les autres… – qui s’ingurgite le papier journal d’une édition entière de la presse du jour, dit journal pourtant bien suspendu au présentoir sur-élevé de bois de l’étale du marchant voisin de mon vendeur de cellulaire (lui toujours aux volets fermés)! Wow, quel spectacle, en pleine ville de six millions d’habitants. Oui, oh que oui, les vaches – matures/en voie de vêler/avec vaux/vieilles finies, en voix ou silencieuses, dormantes ou déambulant, observantes ou bêtement stationnaires, etc.); ces vaches je vous le dis, elle sont toutes sacrées en Inde. Laissez-moi vous en passer un papier!

Le petit troupeau passe… continuant son chemin; et nous, nous continuons notre attente. Au son de la rue, aux moult sons et milles couleurs et actions de cette artère de petits commerces, avec sa vie urbaine trépidante. Des sons, des images, une chaleur qui finissent presque par nous hypnotiser, nous mener vers Morphée. Le collègue en grille une juste devant moi; je me lève enfin pour le rejoindre. Et soudain ÇA SURGIT! Ceci… Allez… Cliquez ici-bas:

https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3Dx6lULt8LDJ8%26feature%3Dshare%26fbclid%3DIwAR1PxN1O4XOo-xccjFrObvBYym3KhCZvI3zNwhlp3VrKEQqmqI2jiBoOHDY&h=AT3sxqw_wjESjoM0jt66HBs-Du2-07VgJmvWkO0-_A_HgmEukC1iVfy_uxuKX4DIIMVFt3xORHkU4JjEHxSGME7R1HQwyfWkMizZnsHMsp1xxE5N2842SXoh2A8Ehw

Comme une surprise, sortie de nul part, le son d’abord puis notre vision de la chose qui s’ajoute aux sens captivés. Ils roulent, se roulent, se déroulent en passant devant nous… Devant NOUS ? NOUS-deux ? Pour nous ? Juste pour nous ? Entre-autres à cause de nous-deux, Blancs d’Occident bien évidents? Ou sans rien à voir avec nous, qui ne serions que des chanceux, ou victimes, du hasard laissés au même hasard du risque de l’incrédulité ? Mais qu’est-ce qui vient de se passer-là juste sous nos yeux ?

Et mon alerte camarade – WOW Merci/Nandri Dick! – qui n’en manquera pas une séquence, à partir du premier coup-d’oeil qu’il a su si rapidement saisir, sentir… pour réagir. Avec son cellulaire à lui, le No 1, il filma, enregistra, sachant parfaitement capter toute l’affaire, pour merci l’immortaliser, pour nous permettre ensuite de la partager.

De VOUS la partager!
Alors qu’était-ce?
Répondez-nous. On lance le débat.

Donnez-nous votre interprétation de cette tranche de vie en Inde. Scène plutôt stupéfiante pour deux frais arrivants du Québec, à leur premier périple en Inde – aux Indes! – et seulement qu’à leur deuxième jour sur place.

Bienvenue en Inde! Incredible India! Incroyable Inde! Aime l’Inde et l’Inde t’aimera. Alors c’était le clou de notre journée. JOUR QUATRE! Coup de misère humaine… Coup de charité extrême… Coup double, peut-être, au final!

——————————–

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page… MERCI.


Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal CommerceMonde.com. En 2013, il a aussi co-fondé l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse; tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2020, il vous prépare l'équipe de LiNNOVarium.