Témoignage d’une cérémonie honorable: la nordicité en deuil du géographe hamelin

11:00 29-02-2020 Onze heures, 29 février 2020, c’est le rendez-vous qui a été donné pour honorer la mémoire de feu Louis-Edmond Hamelin, le géographe québécois mondialement reconnu. Le soleil est merveilleusement digne et reste humble dans un ciel bleu de février hivernal comme la ville de Québec aime en donner. Puis presque tout le sol est blanc, encore tout blanc de cette belle blancheur de neige fraîchement – et franchement aussi, avec trois bonnes dizaines de centimètres – tombée en trois jours seulement.

Jusqu’à ce jour choisi pour honorer sa mort, on pourra le penser, il aura été joliment espiègle avec la vie, ce Louis-Edmond Hamelin. Lui qui l’aimait tant la vie. Oui, dans cette belle ville qui s’affaire à ses affaires d’hiver, il ne sera pas facile ce matin-là de le rejoindre dans l’église St-Dominique de la majestueuse Grande-Allée de sa Haute-Ville. Pour les arrivants d’est c’est route bloquée tout au long des plaines d’Abraham pour cause de Pentathlon des neiges! Il faudra jouer ou se jouer, des détours ou du détour, pour ne pas être en retard – voire être mis en retard – avec ledit rendez-vous.


Comme il se doit en pareil moment, quelques instants avant onze heures, les cloches sonnent en clocher de Saint-Dominique. On les entend toutes proches. Nous ne serons point en retard. Merci, merci Louis-Edmond. Nous voilà réunis enfin, à nouveau, après un bon vingt ans d’écart. C’était bien en 1999 que vous m’accordiez deux-trois heures de votre vie pour parler de nordicité, de neiges et de sommets, et d’un Sommet… C’était effectivement en 1999 que je passai, en jeune journaliste, un moment de grâce à vous écouter. Je ne pouvais qu’être ici, ce 29 février d’exception, pour vous honorer, une dernière fois, honorer votre mémoire, vous homme d’exception.

De fait, pouvait-on choisir autre chose qu’un 29 février, pour les funérailles de Louis-Edmond Hamelin? Peut-être. Devait-on choisir autre chose que ce samedi 29 février, date d’exception dans un calendrier d’une l’année? Non. Pour cette homme décédé le 11 février 2020, sa famille et ses proches se sont probablement dits que la coquin Louis, aussi aimé et aimant de la vie, amant si humblement de cette vie, qu’il avait fini, méritait certainement d’user ainsi, de profiter, du contexte et du calendrier. À homme, humain, père d’un mot, et de plusieurs autres, Québécois d’exception, date d’exception. Ainsi en serait-il. Point final.

Oh! Merci Henri Dorion. Merci Jean Désy. Merci à Jean, son étudiant des années 1963-66 devenu lui-aussi géographe. Merci avant tout au témoignage de sa fille juste avant eux-trois. Merci aussi aux mots justes du monseigneur officiant. L’église, la très belle église St-Dominique, emplissait d’intensité de beaux mots tous bien à leur place, tout comme a tant si bien su le faire pour aussi beaucoup de mots, que lui a inventés, pour enrichir son humanité de son vivant. Merci enfin Louis-Edmond Hamelin pour ton savoureux don de création humblement partagé, savamment étudié; pour cet vivacité d’esprit, cette diversité des curiosités, qui t’auront permis de nous donner un tel héritage. Nordicité, glaciel, autochtonie… Et tant d’autres.


« Pergélisol (…) Per-gélisol« , s’amusera à témoigner son ancien étudiant géographe, Jean, pour le plus grand bonheur des présents dans l’église. Oui… père Gélisol, Père gélisol, Pères Gel y Sol, paire Gel y Sol… auront-ils entendus et/ou compris. Tout cela le pédagogues prodigues professeur joueur de mots Hamelin l’entendait et le voulu, le voulait, le veut certainement encore.

Et il fallait enfin voir les trois visages des hommes d’église devoir écouter cette sage-femme Innu, qui était invitée à venir embrasser puis prendre dans ses bras, donc encore embrasser, l’urne dudit défunt, qui avait voulu lui donner, qui a voulu ainsi se donner, à son Autochtonie, ce mot qu’il a lui-même inventé. Oui, trois visages ici d’une église qui s’y faisait compromis, de cette Église officielle qui sait pourtant s’adapter. Comme elle a dû si souvent le faire au début de la colonisation européenne en terres d’Amérique. Oui trois visages pourtant surpris de voir cette femme se mettre à parler, parler, parler…, en français, en innu, en français… raconter, parler, remercier, témoigner, remercier, parler… Rien ne pouvait l’arrêter. Personne ne voulut l’arrêter. Personne ne pu l’arrêter.

Moment de grâce. Pour l’église pour l’Église en église en Québec, cette ville capitale, cette ville capitale du Québec, capitale des QUÉBÉCOIS et QUÉBÉCOISES, en mots québécois avec des lettres capitales, capitale du Nord québécois et ville capitale du Nord canadien. De ce monde du froid. Froid dur. Froidure. Fragile. Et fragile oui, comme encore-là justement, comme le Canada de cet hiver de 2020. De ce Canada. Ou Kanada… Et à l’évidence, dorénavant, de ces si multiples Canadas. De ce futur Canada à trois… oh oui à certainement trois océans, à trois voix, et voies, sur l’Océan. L’Océan.

Dans ta mort, Louis-Edmond Hamelin, aurais-tu jusque voulu dire aux Anglais/Français d’alors, aux Blancs ensuite – à ces Canadiens du Sud – que leur pays est aussi le Nord, le nord en majuscule… Aurais-tu fais de ta mort, « de ce jour où il quitta son corps » comme il est dit chez les autres indiens, les vrais Indiens, ceux en Inde, l’Inde d’Orient, et que j’ai aussi particulièrement entendu en décembre encore à Auroville, notamment; Auroville, la ville née des mots et pensées de Sri Aurobindo, la « ville mondiale » de l’UNESCO dite aussi « la ville laboratoire internationale en quête d’une humanité unie »… Auriez-vous fait de votre mort, M. Hamelin, sera-t-il fait de cette mort, par les mots de cette femme, cette sage brave petite Innu, qui a su parler et être écoutée, en aurais-tu fait Louis-Edmond la voix et la voie pour charger le coeur des hommes? Ces hommes de pouvoir.

Oui, il fallait voir les trois visages des hommes d’Église ce samedi-là, hommes de pouvoir, attrapés par l’histoire. Par l’Histoire. Et voir se définir la procession, les hommes et la femme, tel un process, un processus. Un espoir, une espérance. Un avenir. Avenir le dira. Merci à toi Hamelin, Louis-Edmond, à ta vie, à ta mort, à ton âme. Allez en paix maintenant.


Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal CommerceMonde.com. En 2013, il a aussi co-fondé l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse; tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2020, il vous prépare l'équipe de LiNNOVarium.