Faut-il accuser l’OMS pour la pandémie covid-19 de 2020? SVP Relisez AVANT ce qu’AVAIT DIT boutros-GHALI

Boutros Boutros-Ghali est mort au Caire le 16 février 2016 dans la ville de sa naissance avec 93 années de vie intense à son actif. Élevé dans une famille de la haute-bourgeoisie copte et petit-fils de Boutros Ghali Pacha (1846-1910), premier ministre égyptien assassiné en 1910, il sera lui notamment Secrétaire général des Nations unies, cette ONU qui a dans sa famille l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS que plusieurs analystes de la scène internationale, et aussi mondiale, s’empressent dorénavant d’accuser. Comme Donald Trump aussi.

S’il semble de plus en plus plausible que l’actuel directeur de l’OMS devra se confesser de complaisance à l’égard de la Chine (l’État du silence, le système politique de la non-transparence, qui règne à Pékin), il faudra aussi lui donner l’excuse de celui qui ne doit pas mordre trop vite la main de celui qui lui donne vie. Car la Chine est effectivement devenue non seulement un grand contributeur financier de l’OMS, mais elle a surtout pesé de tout son poids dans l’élection dudit directeur, lorsqu’il fallu en choisir un.

Mais avant d’accuser l’OMS, et indirectement le système onusien entier, toute la grande famille de l’ONU, il faudrait relire …

« (…) vous n’avez pas avantage à augmenter le nombre des États souverains. Mais ce n’est pas un problème; ou disons plutôt que c’est un problème qui n’est pas important. »
Boutros Boutros-Ghali

Que d’abord le nombre reste certes un « problème » mais « un problème qui n’est pas important » impose la suite de son message, qui devient en 2020 plus qu’important, voire une urgence, eut égard à son regard sur cette question éternelle et hautement pertinente de la gouvernance mondial.

ce qui est important, c’est d’abord qu’il y ait une volonté politique des États. Et la volonté politique des États n’est pas toujours au rendez-vous face aux questions internationales… Il n’y a pas encore d’approche globale. Lorsque, par exemple, un problème d’ordre mondial survient, je dirais qu’il n’y a qu’une vingtaine d’États qui s’intéressent aux questions internationales. Et ce ne sont pas toujours les mêmes, d’ailleurs. Il faut bien comprendre qu’encore aujourd’hui, face aux questions internationales, il y a des réponses sous-régionales, locales, mais presque jamais globale. L’absence d’approche globale fait ici problème… Ce qu’il faut, c’est encourager les États à s’intéresser aux questions internationales!

« Ce qu’il faut,
c’est encourager les États
à s’intéresser aux questions internationales! (…) Ce qui est important, c’est d’abord qu’il y ait une volonté politique (…) Il n’y a pas encore d’approche globale. Lorsque, par exemple, un problème d’ordre mondial survient, je dirais qu’il n’y a qu’une vingtaine d’États qui s’intéressent aux questions internationales. » Boutros Boutros-Ghali (interview exclusive été 2000)

Redécouvrez donc tout le contexte de ce savoir d’un grand sage de l’humanité: www.commercemonde.com/024/rubriques/r2.html

===============
Vous aimez cet article! 

Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page… MERCI.
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal CommerceMonde.com. En 2013, il a aussi co-fondé l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse; tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2020, il vous prépare l'équipe de LiNNOVarium.