jour de la terre vs covid-19: bon jour pour relire le rapport meadows sur les limites de la croissance

En ce Jour de la Terre doublement historique parce qu’il se pointe en pleine pandémie d’un virus vraiment malcommode, mais également parce que l’édition 2020 est celle d’un chiffre rond pour cette manifestation annuelle qui aligne cette année une décennie supplémentaire, preuve au cube nous est donné de constater que la vie sur Terre – pour l’humanité entière – ne tourne pas du tout rondement. Avec des humains en pleine gestion de crise planétaire à une échelle rarement atteinte dans son histoire récente; probablement sans précédent. Parce qu’avec une pandémie de la COVID-19 qui s’ajoute – ou faudrait-il l’inclure ? – à celle du dérèglement du climat de la Terre, nous nous trouvons manifestement devant une affaire de choc civilisationnel. Oui, c’est toute la civilisation industrielle, née quelque part avec l’invention de la machine à vapeur, s’accélérant avec la découverte et massive utilisation du pétrole et des autres hydrocarbures sortables des entrailles de la Terre, mais aussi grâce à la mise au point de la méthode scientifique avec les progrès de la science occidentale, tout cela au fil des années 1800 et 1900, avec un aboutissement de prétention humaine sur sa maîtrise de la Terre avec de plus en plus d’arrogance, voire de suffisante et d’insouciance avec les années 2000, que est ici sous enquête. Après les bien faits du rythme finalement cyclique de ce que les historiens nomment la Révolution industrielle (1e, 2e, 3e… voire 4e Révolution, depuis la prise de conscience de l’impact de la robotique, de l’usage des métadonnées en informatique et du développement de l’intelligence artificielle), faudra-t-il accuser, dans le Procès de l’Histoire, oui accuser cette même Révolution industrielle? L’accuser de trop de maux, au final, une foi l’analyse coûts-bénéfices complètement terminée? Car elle n’avait pas dit son dernier mot la Nature… la Terre.

En ce Jour de la Terre 2020, le cyberjournal vous offre la traduction (merci et bravo à la qualité des outils de traduction de Google) d’un texte de Dennis Meadows, originellement publié par Chelsea Green, le 13 avril, 2020, mais qui est à mettre en lien directe avec l’historique Rapport Meadows publié une première fois en 1972 – avec une mise à jour quarante ans plus tard en 2002 – par une équipe de scientifiques de très haute crédibilité. On vous rappelle ici le fameux rapport sur Les limites à la Croissance.

Version anglaise originale: https://www.resilience.org/stories/2020-04-13/limits-to-growth-and-the-covid-19-epidemic/

Les limites de la Croissance et l’épidémie du COVID-19

Il y a quarante-huit ans, j’ai dirigé une étude de 18 mois au MIT sur les causes et les conséquences de la croissance de la population et de la production de matériaux sur la planète Terre jusqu’en 2100. «Si les tendances actuelles de croissance… restent inchangées», avons-nous conclu, « les limites de la croissance sur cette planète seront atteintes au cours des cent prochaines années. »Pour illustrer cette conclusion, nous avons publié un ensemble de 13 scénarios générés par World3, le modèle informatique construit par mon équipe. Dans ces scénarios, les principaux indices mondiaux, tels que la production industrielle par habitant, ont généralement cessé de croître et ont commencé à décliner entre 2015 et 2050.

L’épidémie actuelle ne prouve pas que nous avions raison. Lorsqu’on demande aux climatologues si une tempête particulière prouve leur théorie du changement climatique, ils soulignent qu’un modèle de changement continu à long terme ne peut pas prédire, ni être corroboré par un événement discret à court terme. Il y a toujours eu des tempêtes catastrophiques. Mais, soulignent les climatologues, des tempêtes de plus en plus fréquentes et violentes sont cohérentes avec la thèse du changement climatique.

World3 est un modèle d’interactions continues entre la population, les ressources et le capital à long terme. Dans un contexte de 200 ans, la pandémie de la COVID-19 est un événement discret à court terme. Il y a toujours eu des fléaux, mais des épidémies de plus en plus fréquentes et violentes sont conformes aux limites de la thèse de la croissance.Il existe deux principaux liens de causalité.

Premièrement, la croissance explosive de la population et de l’économie de l’humanité a mis à rude épreuve les écosystèmes naturels, diminuant leur capacité d’autorégulation et rendant plus probables les pannes telles que les épidémies. Dans un passé récent, la société mondiale a été confrontée au MERS, à l’Ebola, au Zika, au SRAS et au H1N1, ainsi qu’à d’importantes flambées de rougeole et de choléra. Et maintenant, nous avons COVID-19.

Deuxièmement, la croissance de la consommation nous a obligés à utiliser les ressources plus efficacement. L’efficacité est le rapport entre la sortie que nous voulons et les entrées nécessaires pour la produire. Les mesures d’efficacité courantes sont, par exemple, des miles par gallon, des années de durée de vie attendue par dollar de soins de santé, ou des boisseaux de blé par gallon d’eau. Augmenter l’efficacité d’un système permet d’utiliser moins d’entrées par unité de sortie. En soi, une efficacité plus élevée est généralement bonne. Cependant, l’augmentation de l’efficacité réduit inévitablement la résilience.

La résilience est la capacité de connaître une interruption de la fourniture d’un intrant requis sans subir une baisse grave et permanente de la production souhaitée.

L’humanité vit sur une planète finie qui a commencé avec une quantité fixe de chaque entrée de ressource. Pour soutenir la croissance démographique et économique, la consommation des ressources limitées de la planète a augmenté. En conséquence, les ressources ont été continuellement épuisées et détériorées.

La fertilité des terres agricoles, la concentration de minerais, la qualité des eaux de surface et les populations de poissons marins figurent parmi des milliers d’indicateurs qui montrent que la qualité moyenne à long terme des ressources est en baisse.

Produire une production de plus en plus grande à partir d’intrants en constante diminution a forcé la production à devenir de plus en plus efficace. Cependant, même d’énormes progrès technologiques n’ont pas modifié le fait que la consommation détériore les ressources. Il a simplement réduit le taux de détérioration en réduisant le taux auquel nous utilisons les ressources pour produire chaque unité de ce que nous voulons.

Le compromis entre efficacité et résilience est confronté à tous les secteurs de la société.

Les constructeurs automobiles sont passés à une fabrication juste à temps. Cela réduit le coût par voiture du maintien des stocks, mais force des usines de voitures entières à fermer lorsque l’usine unique et hautement efficace produisant une pièce dont ils ont continuellement besoin est interrompue. La production agricole s’est déplacée vers de grandes plantations mono-cultures pour l’alimentation, le bois et les fibres. Cela réduit le coût de la main-d’œuvre et du capital par tonne de production, mais augmente la sensibilité des cultures à un seul ravageur ou à une perturbation des conditions météorologiques normales.

L’incitation à accroître l’efficacité a été stimulée par le fait que ceux qui peuvent produire et vendre la même production avec moins d’intrants réalisent généralement de plus grands bénéfices. En conséquence, au cours du siècle dernier, il y a eu un abandon total des systèmes résilients au profit de systèmes efficaces – à plus grande échelle, moins de diversité, une redondance plus faible.

Le motif du profit a été une force majeure qui a façonné le système de santé américain. Des efforts inlassables ont été déployés pour réduire les effectifs, éliminer les stocks de fournitures «inutiles» et déplacer la production de médicaments à l’étranger – tout cela pour réduire les coûts, c’est-à-dire rendre le système plus efficace.

Beaucoup ont profité de l’optimisation du système de santé pour être extrêmement efficace dans son utilisation des intrants. Maintenant, nous payons tous les coûts de la perte de résilience qui en résulte.

COVID-19 a montré à quelle vitesse l’interruption de certains intrants, tels que les masques, peut entraîner une baisse drastique des extrants essentiels, tels que la qualité des soins de santé. Le ralentissement de la croissance démographique et de la consommation de matériaux et d’énergie n’éliminera pas le problème. Mais cela réduirait la pression pour augmenter l’efficacité et laisserait plus de possibilités d’augmenter la résilience.

===============
Vous aimez cet article! 

Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page… MERCI.
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal CommerceMonde.com. En 2013, il a aussi co-fondé l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse; tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2020, il vous prépare l'équipe de LiNNOVarium.