Croissance et innovation : Vous avez tout avantage à connaître la 5e ville de France

1er Paris, ensuite Marseille, Lyon, Toulouse… Mais qu’elle est donc, mince, cette fameuse 5e ville métropole* de la France… Eh bien, comme toutes les autres sauf Paris, elle est dans le sud ; c’est la capitale de la Riviera : oui, c’est Nice. Nice, qui compte aussi le 2e aéroport international de l’Hexagone en importance.

Cela fera dix ans en 2018 que le leader régional incontesté, ancien maire de Nice, Christian Estrosi, actuel président de la Métropole Nice Côte d’Azure et aussi de la Région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azure) mène sa stratégie de requalification et de diversification de sa ville chérie, Nice. Double défi : continuer d’être une capitale mondiale du tourisme, mais aussi devenir un haut lieu d’innovation, d’entrepreneuriat et d’excellence économique. En un mot, développer une attractivité économique.

La grande ville jouxtant Sophia Antipolis n’a pas eu peur de ce fleuron des technopoles -qui aura 50 ans en 2019 (voir notre autre texte) – et a donc choisi l’innovation et particulièrement l’angle de la ville intelligente, comme source de sa stratégie de diversification. Ce, avec sept pôles de compétitivité priorisés, surtout tournés sur les enjeux de l’environnement, du développement durable, des risques et de santé.

Nice, ville intelligente

Exemple de ce que peut donner une ville intelligence : le service Métropollen. Lancée dans le cadre de son projet de monitoring urbain environnementale (MUE) en partenariat avec Veolia, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), des médecins allergologues référents et des industriels, tels Addair et CEA, une application Internet (Urban Pulse) offre gratuitement un bulletin quotidien personnalisé dispensant des conseils selon des types d’allergie pollinique, et ce autant sur un téléphone intelligent ou sur une tablette.

La belle affaire, dans ses premiers résultats de l’étude que mène la RNSA, tendrait à démontrer qu’il serait possible de diminuer le traitement médicamenteux des patients par une utilisation correcte de l’APP Urban Pulse.

Source : Magazine Business Immo, No. 135, mai 2017

Et à ce qu’ont partagé deux représentants de Nice – de passage à Québec le 13 novembre 2017 avant d’aller sur New York dès le lendemain – aux participants d’un cocktail de la Fondation Chefs d’entreprises invités au vénérable Cercle de la Garnison, on a tout avantage à connaître la 5e ville de France par les années qui viennent (voir : Christophe PEREZ, de Team Côte d’Azur,

chefs-entreprises.ca/decouvrir-la-cote-dazur-economique).

UN PARCOURS DE BONS COUPS

Les bonnes grâces de la dernière décennie, pour ses efforts de requalification stratégique, donnaient à Nice leurs premiers fruits en 2010. Les astres s’alignent : l’Union européenne choisissait alors la Métropole Nice Côte d’Azur comme « ville test » pour l’utilisation de la technologie NFC (Near Field Communication) sans contact; la multinational IBM sollicite ensuite Nice dans le cadre du « Smarter City Challenge », pour lequel la ville se distingue comme seule lauréate française de ce concours à l’échelle européenne. On la nommera quelques années plus tard 4e smart city au monde (selon Juniper Research).

N’y a-t-il pas eu alors 10 000 capteurs (100 000 à terme sur 250 édifices publics) installés à travers la ville, aussi bien en extérieur pour mesurer la qualité de l’air ou les débits fluviaux, qu’à l’intérieur des réseaux pour le bon contrôle des systèmes de distribution d’eau et d’assainissement… Un programme qui a, d’ailleurs, permis à l’Institut méditerranéen du risque, de l’environnement et du développement durable (IMREDD), de créer un entrepôt de données exemplaire pour ce territoire. Et 3 000 autres capteurs sont actuellement en déploiement dans la seule zone de la Plaine du Var, site du projet d’Éco-Vallée.

Christian Estrosi avait finement mis la table dès 2008 : accréditée Opération d’intérêt national (OIN) en France – créée depuis 2008 – son initiative de développement de la Plaine du Var se veut maintenant « un nouveau modèle, intégrant valorisation de la ressource, autonomie et maîtrise énergétique, préservation de la biodiversité, mobilités douces, équilibre entre agriculture, économie et habitat ». L’établissement public d’aménagement (EPA) Éco-Vallée Plaine du Var, c’est à terme 120 ha (10 000 hectares) hôtes de cinq grandes opérations de développement en cours. C’est le Nice « du futur », essentiellement parce que c’est le dernier grand espace mutable de toute la Côte d’Azure.

Oui, Nice avait cette chance de retrouver sur son territoire immédiat une vaste zone, disponible, pour du développement. Mais encore fallait-il bien décider quoi en faire !

Le cœur même de la ville ne sera pas oublié lui non plus. Et en 2018-19, le centre-ville de Nice mutera aussi avec notamment la livraison, en gare Tiers, du projet multifonctionnel « Iconic » (hôtel Hilton, salle de spectacle, bureaux, boutiques, restos), que l’architecte de renom Daniel Libeskind signe, magistralement, avec ce qui semble être un complexe diamant de verre… émergeant des rails ferroviaires !

Oui, comme la ville de Québec – même avant – Nice aura son « diamant », comme nouvelle fierté architecturale.

Une nouvelle ligne de tramway sera livrée fin 2018 et permettra de relier en 20 minutes le centre de Nice avec l’aéroport, autant que son nouveau quartier des affaires internationales Grand Aréna (Parc des expositions, Gare TGV) juste voisin, et d’où on accédera aussi rapidement à Nice Méridia, la nouvelle technopole urbaine que Nice est à bâtir là.

Mais le meilleur coup de Nice est probablement son bon voisinage avec Sophia Antipolis. Un demi-siècle après la croissance, à proximité, de la novatrice et audacieuse technopole Sophia Antipolis née en 1969, qui aura très bien grandi, et bien vieilli, en bonne complémentarité avec sa région, l’urbaine Nice a su bien s’ajuster.

En terme de filière, le numérique c’est à Sophia Antipolis, et le développement durable se développera à Nice. Oui, avec là, pas loin en pleine nature, plus de 2 000 entreprises installées, offrant pas moins de 30 000 emplois ces années-ci, avec des milliers de chercheurs à l’ouvrage, Nice dut, au risque de dépérir, elle, se redéfinir comme pôle d’attractivité économique. Elle l’a fait. Elle vient d’inventer un pôle d’innovation urbain : Nice Méridia.

Pas gênée de l’ombrage de Sophia Antipolis, Nice, fait aujourd’hui chantier d’une technopole en toute urbanité, avec Nice Méridia (qui devient un des pôles de développement en bordure de la plaine du Var). Oui, le choc des idées de pôles innovants en zone Nice Côte d’Azur est en train de porter à leurs limites la pleine exploitation du concept de techno-parc, entre la nature et/ou la ville.

D’ailleurs, parmi ses 10 chiffres clés, nous avons remarqué que Nice utilise le ratio des habitants « moins de 50 ans ». Dans son cas, c’est… 50% !

Elle ne vante pas ses espaces verts.

Elle affiche aussi fièrement les plus de 12 millions de passagers qui s’envolent de l’aéroport international de Nice (le 2e du pays).

Et Nice, comme preuve que ça bouge de tous les côtés, c’est IKEA qui arrive – enfin ! – sur la Riviera.

———————————

Source de l’image: https://www.airpano.com

* Après Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, le second peloton du « Top 10 » : c’est Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux et Rennes (ensuite Le Havre, Reims, Lille, Saint-Étienne, Toulon pour arriver à 15).

investincotedazur.com/

Lire aussi: Innovation: Où serez-vous quand Sophia Antipolis (1969-2019) aura 50 ans ?

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + onze =