Innovation: Où serez-vous quand Sophia Antipolis (1969-2019) aura 50 ans ?

Il vous reste une belle et pleine année pour le décider ! Car ce demi-siècle de développement, débuté en 1969, arrivera à ses vénérables 50 ans avec 2019. Nous voulions simplement vous prévenir parce que ce n’est pas une banale histoire… et elle continue ! Que de choses à y apprendre…

« Il a fallu 50 ans pour développer 1,2 million de m2. Il nous en faudra seulement dix pour en bâtir la moitié. » Ce n’est pas parce que le 1er des parcs technologiques d’Europe fêtera ses 50 ans d’existence bientôt qu’il vit au ralenti son développement. C’est plutôt le contraire, comme en témoigne cette citation* d’Alexandre Follot, directeur général du syndicat mixte pour le célèbre pendant européen de la Silicone Valley. Et « la moitié » dont il est question, c’est de 550 000 m2.

C’est donc dire que Sophia Antipolis fut un succès, et est un succès ! En date de 2017, on parle de quelque 2 200 entreprises, 36 000 emplois, 4 000 chercheurs, 5 000 étudiants, une solide rétention, où les deux poumons entreprises et formation respirent en parfaite efficace complémentarité. Le rêve de la technopole dans un parc naturel semble ici bien vieillir. Puisque ce territoire, qui concentre 2% des entreprises des Alpes-Maritimes, cumule cependant 8% du chiffre d’affaires et des emplois. Une « facteur 4 » preuve de la valeur ajoutée du système.

D’ailleurs, à court terme, quatre projets ajouteront 29 000 m2 de bureaux, signés Lazard (8 800), Attea (7 000), Valimco (8 200) et Nexity (5 000), tous livrables entre 2018 et 2019.

Un mot aussi sur l’Open Sky, une affaire de 250 millions d’euros d’investissement, que la Compagnie de Phalsbourg y prépare depuis 2006 et qui se veut le Sophia Antipolios des années 2020, voire 2040 : un véritable bout de ville, au coeur du science-parc nature. Oui, ce parc scientifique en nature qui se targue de ses 40 kilomètres de pistes et chemins forestier et 27 de pistes cyclables, parmi 2 400 ha de territoire.

Bravo au visionnaire ingénieur fondateur Pierre Laffitte !

Où, un demi-siècle plus tard, la proximité de ce projet novateur près de la belle ville de Nice, aura somme toute été un bon pari. Car Sophia Antipolis aura très bien grandi, et vieilli. C’est-à-dire en bonne complémentarité avec sa région. En terme de filière, le numérique c’est à Sophia, et le développement durable se développera à Nice, notamment avec Nice Méridia. Car avec une telle infrastructure de R&D dans son voisinage, la Ville de Nice aura dû, elle, se redéfinir comme pôle en la matière. Elle est donc à inventer un pôle d’innovation urbain : Nice Méridia.

Le poumon formation de la technopole, Sophia Tech, lui, offre son nouveau campus dédié aux TIC. Alors que côté entreprises, les 25 000 m2 de demande d’espaces placée en 2016 confirment par ailleurs sa vocation pour les sciences de l’information et les biotechnologies : avec Xerox, qui y a pris 2 400 m2, à elle seulement, dans l’immeuble Les Templiers.

Universite Nice Sophia Antipolis

Sophia… c’était le rêve de la sagesse ; Antipolis, celui de la nature par opposition à la ville. Le double rêve de bâtir un cadre de vie sagement novateur dans un écrin de nature inspirant et productif.

Par définition, un « parc technologique » doit garder les 2/3 de son territoire en nature. Ce qui ne facilite donc pas le fait d’y habiter, en plus d’y travailler. Et l’expérience de cinq décennies de Sophia Antipolis le prouve bien, un petit 5% de ses usagés habitent à proximité de leur lieu de travail.

Double bonheur : le développement du concept aura provoqué sa ville immédiate, Nice, qui aujourd’hui fait chantier d’une technopole en toute urbanité, avec Nice Méridia, en bordure de la plaine du Var. Car même si Sophia Antipolis n’est qu’à 20 minutes de voiture de l’Aéroport international de Nice, la technopole urbaine Nice Méridia n’en sera qu’à quelques minutes en tramway, voire à pied.

Le choc des idées de pôles innovants Nice Côte d’Azur est donc en train de porter à leurs limites la pleine exploitation du concept de techno-parc.

Bonne raison – bonnes raisons ! – de passer par ce bout de planète autour de 2018-1019.

——————————

* Source : Magazine Business Immo, No. 135, mai 2017

Source de l’image principale: lentreprise.lexpress.fr/sophia-antipolis-fait-la-vie-belle-a-antibes

 

Lire notre autre article: commercemonde.com/2017/12/5e-ville-de-france/

***

Vous aimez cet article! Faites une DONATION à la rédaction du cyberjournal par un clic au bas de la colonne de droite de cette page... MERCI
Daniel Allard
Rédacteur en chef
Depuis 1997, Daniel Allard a fondé et dirige le cyberjournal Commerce Monde. Il a aussi co-fondé, en 2013, l'Association des sociétés québécoises cotées en Bourse, tout en organisant un Gala annuel des sociétés en Bourse (2008 à 2015). Pour 2018, il vous prépare www.LiNNOVarium.com ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − six =